Le Liban, nouveau moyen de pression de l’Iran pour en finir avec les sanctions US?

© AFP 2022 DYLAN COLLINSUne vue de Beyrouth plongé dans l'obsurité suite à une panne d'électricité, le 3 avril 2021
Une vue de Beyrouth plongé dans l'obsurité suite à une panne d'électricité, le 3 avril 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 02.07.2021
S'abonnerTelegram
Téhéran espère, par l’entremise du Hezbollah, voir le Liban en crise importer son or noir. L'Iran parviendrait ainsi à fissurer le système de sanctions américaines à son encontre.

Ce 25 juin, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah réitérait sa ferme résolution à acheter du pétrole iranien pour remplir les cuves vides des Libanais. Exsangue, le pays du cèdre est en effet frappé par une pénurie d’électricité et d’essence.

Mais les États-Unis, qui ont classé le Hezbollah organisation terroriste, interdisent par leurs sanctions les importations pétrolières en provenance de l’Iran. L’ambassadrice américaine au Liban avait en effet manifesté sa désapprobation à la suite des propos de Nasrallah.  

En contraignant Washington à accepter une importation de pétrole iranien, pour des raisons quasi humanitaires, Téhéran pourrait bien parvenir à briser le système des sanctions américaines qui minent son économie.

Analyse d’un nouveau coup de pression de l’Iran envers les États-Unis, à l’approche d’une possible reprise des pourparlers de Vienne qui pourraient réhabiliter l’accord de 2015.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала