Contraint de travailler sans salaire pendant cinq ans, un Afro-Américain recevra un demi-million de dollars

Marteau de juge - Sputnik Afrique, 1920, 05.05.2021
S'abonnerTelegram
La justice américaine a ordonné de verser plus de 450.000 euros de compensation à un Afro-Américain avec une déficience intellectuelle, contraint de travailler sans salaire dans un restaurant en Caroline du Sud de 2009 à 2014.

L’Afro-Américain John «Jack» Christopher Smith, réduit presque en esclavage par le gérant d’un restaurant en Caroline du Sud, recevra une compensation de 546.000 dollars, ou plus de 450.000 euros, en vertu d’un arrêt judiciaire.

De 2009 à 2014, l’homme, souffrant d’une déficience intellectuelle, avait été forcé de travailler plus de 100 heures par semaine par le gérant du restaurant J&J Cafeteria, Bobby Edwards.

M.Smith y avait travaillé à la plonge depuis 1990, quand il avait 12 ans, mais après qu’Edwards a repris l’établissement en 2009, ses conditions de travail ont connu une rapide dégradation.

Le gérant condamné à 10 ans de prison

Selon les conclusions de la Cour d’appel de la Caroline du Sud, le gérant isolait Jack de sa famille, le menaçait de le faire arrêter et était violent avec lui, tant verbalement que physiquement.

En 2019, Edwards avait déjà été condamné à une peine de 10 ans de prison pour avoir exploité Jack. Il devait également lui verser 273.000 dollars de compensation. Or, la Cour d’appel a statué que ce montant devait être doublé conformément à la législation fédérale américaine en matière de travail.

Vers l’indemnisation des descendants d’esclaves?

Cette décision a été prise dans le sillage du vote historique au Congrès américain, où la Commission des affaires judiciaires a approuvé en avril un projet de loi portant le principe d’une compensation financière pour réparer les méfaits de l’esclavage aux États-Unis.

Ce texte, dont le sort est toujours incertain au Sénat, prévoit la création d’une commission d’experts chargée de faire des propositions sur l’indemnisation par le gouvernement des descendants de près de quatre millions d’Africains amenés de force aux États-Unis entre 1619 et 1865.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала