Des contrôles de police en Île-de-France font polémique après d’importants bouchons en plein couvre-feu

© Sputnik . Ivan Makeev / Accéder à la base multimédiaUn embouteillage
Un embouteillage - Sputnik Afrique, 1920, 01.02.2021
S'abonnerTelegram
Pour freiner l’épidémie, le gouvernement a opté pour le renforcement du dispositif policier donnant lieu à des contrôles du respect du couvre-feu sur le périphérique à Paris et sur l’A13 dans les Yvelines. Une opération dénoncée par plusieurs élus après l’apparition d’importants embouteillages.

Le renforcement des contrôles liés au respect du couvre-feu qui ont provoqué d’importants embouteillages en Île-de-France ce week-end n'est pas passé inaperçu auprès du public.

​Effectués sur le périphérique à Paris et sur l’A13 dans les Yvelines, ces contrôles font suite à l’allocution vendredi 29 janvier de Jean Castex. Gérald Darmanin avait ensuite soumis un télégramme aux préfets pour leur demander de «prendre sans délai toutes dispositions de nature à faire respecter très strictement ces nouvelles règles».

​​Dimanche 31 janvier, assistant à un point de contrôle sur l’A13 dans les Yvelines, le ministre de l’Intérieur a constaté «une augmentation de plus de 30% des contrôles».

«Les Français doivent savoir qu'après 18h, ils ont beaucoup de chance de se faire contrôler et donc verbaliser. Il y a eu samedi, dans toute la France, 65.000 contrôles qui ont été effectués pour 6.000 verbalisations», a-t-il indiqué.

​Ces contrôles ont pourtant entraîné d’importants embouteillages, la police ayant arrêté environ un véhicule sur cinq, selon actu Paris. Toujours le 31 janvier, le service Sytadin a qualifié le trafic en Île-de-France d'«exceptionnel» et a enregistré jusqu’à 400 kilomètres de bouchons entre 17h et 18h, avant le début du couvre-feu national.

​Des élus réagissent

Ces mesures ont fait réagir plusieurs députés qui ont dénoncé leur caractère strict.

«Je ne crois pas que ce type d’action aide à l’acceptabilité des mesures», estime Emmanuel Grégoire, premier adjoint PS de la maire de Paris.

​Le sénateur Rémi Féraud critique «la communication du gouvernement sur le dos de Français pris au piège» dans les bouchons dans les Yvelines.

​«Pompidou disait à ses ministres "d’arrêter d’emmerder les Français". C’est peut-être le moment de s’en inspirer, Emmanuel Macron?», lance pour sa part l’ancien député LREM du Val-d’Oise Aurélien Taché.

​Enfin, Florian Philippot considère que Gérald Darmanin «ridiculise la Police nationale via ces contrôles débiles», car «les gens vont devenir fous de rage».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала