Des pénuries d'oxygène pour les malades du Covid-19 annoncées au Royaume-Uni

S'abonnerTelegram
Plusieurs soignants travaillant dans divers hôpitaux britanniques se plaignent d’être à court d’oxygène pour venir en aide à leurs patients, indique Samantha Butt-Roden, présidente de l’Association des médecins de Grande-Bretagne. Des pénuries qui sévissent aussi outre-Atlantique.

Samantha Butt-Roden, présidente de l’Association des médecins de Grande-Bretagne, a déclaré sur Twitter que les hôpitaux publics britanniques se trouvaient dans une situation critique et faisaient face à une pénurie d’oxygène.

«Je dirige un réseau de 46.000 médecins, les choses vont vraiment mal en première ligne […] Les hôpitaux manquent d'oxygène. L’un d’entre eux n’a plus d’appareils de ventilation non invasive», écrit-elle sur le réseau social.

Le médecin a précisé que certains patients devaient être transférés à plus de cent kilomètres, pour trouver des unités de soins intensifs correctement équipées.

Même problème à Los Angeles

Des pénuries d’oxygène qui semble se généraliser, puisque les États-Unis -notamment en Californie du sud- sont confrontés au même problème, selon le Los Angeles Times.

La demande est telle que certains hôpitaux peinent à maintenir la pression suffisante dans les tuyaux à oxygène, ils sont forcés de déplacer les patients vers les étages inférieurs, pour ne pas avoir à augmenter la pression dans les étages supérieurs. Certaines conduites d’oxygène en viennent même à geler, tant le débit est élevé, rapporte le Los Angeles Times.

Ce 29 décembre, ces pénuries d’oxygène ont forcé cinq hôpitaux de Los Angeles à se déclarer  en situation de «catastrophe interne» et en conséquence à détourner tout le trafic médical d'urgence vers d'autres établissements.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала