Un hôpital porte plainte suite à l’affichage de messages antivaccin sur ses murs

S'abonnerTelegram
Des militants antivaccin ont placardé des affiches à l’entrée de l’hôpital de Pontarlier et d’un ehpad de la ville. Le même jour, la campagne de vaccination a débuté non loin de là, à Dijon.

 

Plusieurs affiches dénonçant les campagnes de vaccination, notamment celle contre le Covid-19, ont été placardées au Centre hospitalier intercommunal de Pontarlier, rapporte France 3. Les messages, inscrits au feutre rouge sur de simple feuilles, dénonçaient en particulier l’industrie pharmaceutique. «Labos collabos», «Vaccin assassin», «Médecins complices», était-il possible de lire.

Les colleurs ont principalement ciblé l’entrée Urgence Covid et l’entrée principale de l’établissement. Mais des affiches semblables ont aussi été retrouvées à l'ehpad du Larmont, de l’autre côté de la ville.

«La première réaction du personnel a été de se dire que ces colleurs d'affiche avaient vraiment du temps à perdre. Mais le terme "assassin" est quand même violent. Même s'ils se sont forgé une carapace au fil des mois, les soignants ont trouvé cela très dur», déclare à France 3 Romuald Vivot, responsable de la communication du CHI de Pontarlier.

Premières vaccinations

Après constatation par les forces de l’ordre, l’hôpital a décidé de déposer une main courante au commissariat. Les affiches ont rapidement été retirées.

Ces événement surviennent alors que les campagnes de vaccination ont débuté dans la région. Un centre gériatrique du CHU de Dijon a en effet été retenu par le ministère de la Santé pour être l’un des deux premiers établissements de France à administrer le vaccin Pfizer-BioNTech. Deux personnes âgées et un médecin y ont été vaccinés, le 27 décembre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала