«J’aimerais avoir tort»: des scientifiques à la recherche d’aliens intrigués par des ondes venant d’une étoile voisine

© AP Photo / Alvaro BarrientosLe ciel étoilé
Le ciel étoilé  - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Des astronomes mènent une enquête sur une intrigante émission d’ondes radio qui a été captée en avril et mai de l’année dernière et qui semble provenir de l’étoile Proxima du Centaure, relate le Guardian. L’étude s’inscrit dans le cadre de la recherche de preuves sur l’existence d’autres civilisations.

Un faisceau étroit d’ondes radio en possible provenance de l’étoile Proxima du Centaure a été capté pendant 30 heures d’observations par le télescope Parkes en Australie en avril et mai de l’année dernière, rapporte le Guardian. L’analyse du faisceau est en cours depuis un certain temps.

L’étude est menée par les astronomes du projet Breakthrough Listen qui sont à l’écoute des étoiles les plus proches de la Terre dans l’espoir de détecter des émissions extraterrestres errantes ou intentionnelles.

Les chercheurs tentent de savoir s’il s’agit, en l’occurrence, d’ondes générées par un satellite ou bien par de véritables aliens.

Un examen minutieux

éruption solaire - Sputnik Afrique
La présence de vie près de Proxima du Centaure remise en cause par des explosions
Proxima du Centaure fait l’objet d’un examen minutieux. Au moins deux planètes sont connues pour orbiter autour. L’une est une géante gazeuse et l’autre serait un monde rocheux environ 17% plus massif que la Terre. Connue sous le nom de Proxima b, la planète se trouve dans la «zone habitable», où la température est idéale pour que de l’eau s’accumule.

Les chercheurs sont pour l’heure prudents dans leurs déductions.

«Nous recherchons une vie extraterrestre depuis si longtemps maintenant et l’idée qu’elle pourrait s’avérer à notre porte, dans le tout prochain système stellaire, accumule improbabilité sur improbabilité… Les chances que les deux seules civilisations de toute la galaxie soient voisines, parmi 400 milliards d’étoiles, repoussent absolument les limites de la rationalité», a confié au quotidien un participant aux recherches.

«Mais j’aimerais avoir tort», glisse-t-il.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала