Une entreprise produisant de la glace carbonique prête à participer au transport des vaccins anti-Covid

© AFP 2022 JOEL SAGETLe vaccin contre le Covid-19 Pfizer/BioNTech
Le vaccin contre le Covid-19 Pfizer/BioNTech - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Une société du Nord a été contactée en vue d'anticiper les problèmes logistiques liés au transport du vaccin Pfizer-BioNTech, lequel ne se conserve qu’à très basses températures. Cela va nécessiter d’importantes quantités de glace carbonique.

Une PME des Hauts-de-France a été contactée pour produire de la glace carbonique, afin de transporter le vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, rapporte franceinfo. Les doses nécessitent en effet d’être conservées à très basse température avant leur distribution.

Problème: seules quelques sociétés en France sont capables de produire ce dérivé gelé du gaz carbonique, dont Carbonord, située près de Cambrai. L’entreprise, approchée par les autorités, se tient prête à fournir cette «glace sèche» à flux tendus.

«On ne peut pas stocker la glace carbonique. On produit vraiment à la demande […] On nous a approché, et demandé si nous pouvions sécuriser les approvisionnements», explique ainsi à franceinfo Ludovic Lefebvre, gérant de Carbonord.

La société produit chaque année 900 tonnes de glace carbonique, mais sa capacité de production pourrait «être multipliée par deux ou trois» si la situation l’exigeait, précise encore le gérant.

Manque de frigos

Le vaccin de Pfizer-BioNTech sera ainsi transporté dans des bacs de 70 litres, qui seront isolés, stables et ventilés, rapporte franceinfo.

Mais avant d’être administrées, les doses devront encore être stockées dans des frigos spéciaux, à très basse température là-aussi. Un matériel dont les collectivités ne disposent pas forcément, et dans lequel l’État devra investir. En Haute-Saône par exemple, un seul frigo permet de stocker ce type de vaccin.

«Il est dans notre laboratoire départemental et il va jusqu'à −160°C. Mais l'État a commandé et va livrer un frigo dans un hôpital par département. Ce qui permettra de conserver des vaccins à −80°C», explique ainsi à franceinfo Yves Krattinger, le président du conseil départemental de Haute-Saône.

Ces problèmes de logistique semblent préoccuper toute l’Europe. Au Royaume-Uni, ce sont ainsi les supermarchés Iceland, spécialisés dans la vente d’aliments surgelés, qui ont proposé leur aide au gouvernement pour distribuer le vaccin de Pfizer-BioNTech.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала