Arnaud Montebourg évoque sa «honte» pour cette phrase prononcée par Hollande face à Obama

© AFP 2022 BERTRAND GUAY Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Économie de 2012 à 2014
Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Économie de 2012 à 2014 - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
L'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg s'est exprimé sur Radio Classique à propos de son expérience en politique sous François Hollande, évoquant le manque de patriotisme de celui-ci, notamment face à Barack Obama. Il a également dénoncé la «technocratie qui a pris le pouvoir» en France.

Invité ce vendredi 11 décembre sur Radio Classique pour parler de son dernier livre «L'Engagement», Arnaud Montebourg s'est montré critique envers les dirigeants politiques actuels et l'ancien Président François Hollande. Il reproche notamment à ce dernier d'avoir défendu l'Europe au détriment de la France.

«Quand on a payé le prix d'un plan d'austérité qui nous a coûté dix années de souffrance, de destruction économique à notre pays, même Obama nous faisait la leçon: "qu'est-ce que vous faites en Europe?"», rappelle l'ancien ministre devenu entrepreneur.

«Eh bien, on voit que vous ne connaissez pas Madame Merkel», lui aurait répondu M.Hollande. «J'ai eu honte», relate M.Montebourg, pour qui «il y a un moment où les sentiments patriotiques doivent être plus forts que toute autre considération».

Arnaud Montebourg - Sputnik Afrique
Pour Arnaud Montebourg, la loi Sécurité globale est «dangereuse» et «anticonstitutionnelle»

Affirmant qu'Allemands et Italiens défendent leur pays, l'avocat estime que la France «défend l'Europe, elle ne défend pas la France». Selon lui, «l'Europe c'est un supermarché», mais un «supermarché pas favorable aux Français».

Technocratie au pouvoir

À propos de son propre bilan au ministère de l'Économie, Arnaud Montebourg explique que «quand vous êtes ministre, ce n'est pas vous qui décidez toujours». «Le cercle invisible de la technocratie qui a pris le pouvoir dans ce pays est absolument incroyable», avance-t-il, précisant que «la technocratie, c’est les principaux dirigeants politiques, les patrons de grandes boîtes et les postes clés de la haute administration».

Selon lui, ceux-ci «sont tous d'accord pour faire la même politique qui n'a rien à voir avec ce que l'on raconte aux électeurs». Ainsi, il considère que le «système politique d'aujourd'hui est un des moins démocratiques». Enfin, sur ses ambitions pour l'élection présidentielle de 2022, il répond simplement qu'il «réfléchit à un engagement».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала