L’armée US souhaite que ses soldats puissent communiquer par télépathie

S'abonnerTelegram
Des chercheurs sont parvenus à isoler les signaux cérébraux qui influencent l’action ou le comportement. Leur étude est financée à hauteur de 6 millions de dollars par l’armée américaine, laquelle cherche à développer une forme de communication par la pensée pour ses soldats, rapporte le média C4ISRNET.

Des supersoldats qui communiquent par la pensée? Un concept qui semble encore lointain, bien qu’une percée vienne d’être réalisée dans ce domaine, souligne C4ISRNET, un magazine américain spécialisé dans les technologies du domaine militaire. Une récente étude financée par le Bureau de recherche de l’armée américaine est parvenue à identifier les signaux cérébraux responsables de l’action et du comportement.

«Ici, nous ne mesurons pas seulement les signaux, mais nous les interprétons», explique auprès du média Hamid Krim, responsable du programme au sein de ce Bureau. L’objectif est de concevoir un ordinateur qui sera capable d’analyser le cerveau des soldats afin de prendre des mesures pour les protéger.

Le siège du ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik Afrique
Essais d’armes antisatellite? Moscou dénonce des tentatives US pour discréditer ses activités dans l'espace

M. Krim cite par exemple les signaux de stress et de fatigue, lesquels sont émis dans le cerveau bien avant qu’un individu ne réalise son état. Ce type de technologie pourrait ainsi indiquer aux troupes quand elles doivent faire une pause. «L’imagination est la seule limite», commente le spécialiste.

Plusieurs décennies de recherche

Un autre usage serait de permettre aux soldats de communiquer entre eux en silence via ces machines reliées à leur cerveau, développant ainsi une forme de télépathie. «Mais il reste encore du travail à faire, car tout type d’interface personne-machine en utilisant des signaux cérébraux pour le combat ne sera pas prêt avant des dizaines d’années», souligne-t-il.

L’étape suivante consiste à identifier d’autres signaux que ceux liés au mouvement, et à non seulement les lire, mais aussi les comprendre, voire à les synthétiser sous forme de mots. Cette étude menée conjointement par plusieurs universités américaines et britanniques bénéficie d’un financement de l’armée de 6,25 millions de dollars sur cinq ans.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала