L’année 2021 «s’annonce comme une catastrophe humanitaire» selon l’Onu

S'abonnerTelegram
Selon les prévisions des Nations unies, la crise sanitaire et économique sera suivie en 2021 par une vaste crise humanitaire. Les pays riches doivent aider les pays pauvres à lutter contre la pandémie de coronavirus, estime l’Onu.

L'année prochaine s'annonce comme une catastrophe humanitaire, ont déclaré le 4 décembre à l'Assemblée générale de l'Onu le chef du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley, et le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une réunion spéciale sur le Covid-19, qui a déjà infecté 65 millions de personnes dans le monde.

Un camp de réfugiés au Birkina Faso - Sputnik Afrique
Au Burkina Faso, la crise humanitaire atteint des proportions dramatiques
«2021 sera littéralement catastrophique d'après ce que nous voyons à ce stade», a déclaré M.Beasley, ajoutant que pour une douzaine de pays, la famine «frappe à la porte», relate Reuters. Selon lui, l’année prochaine sera probablement «la pire année de crise humanitaire depuis les débuts des Nations unies» il y a 75 ans.

Pauvreté et famine

La pandémie a plongé des centaines de millions de personnes dans la pauvreté et la famine se profile à l’horizon 2021. Dans l’immédiat, 235 millions de personnes seront dans le besoin d’aide humanitaire dans le monde, un nouveau record, a averti le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’Onu cité par ABC News.

Prolifération de tiques en France et dans le monde - Sputnik Afrique
Les innombrables plaies de 2020, nouvel épisode: les tiques et criquets ravageurs
«Pour la première fois depuis la fin des années 1990, l’extrême pauvreté a augmenté. L’espérance de vie chute dans le monde et le nombre annuel des morts liées au VIH, à la tuberculose et au paludisme pourrait doubler», a averti le responsable des affaires humanitaires Mark Lowcok.

Le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, et ses hauts fonctionnaires ont également appelé à ce que les vaccins contre le Covid-19 soient mis à la disposition de tous, et que les pays riches aident les pays en développement à combattre la pandémie.
M.Ghebreyesus a lancé un appel pour un investissement immédiat de 4,3 milliards de dollars dans un programme mondial de partage de vaccins. «Il s’agit d’une crise mondiale et les solutions doivent être partagées équitablement».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала