Alunissage d’une sonde chinoise pour rapporter des échantillons sur Terre, une première en 40 ans - vidéo

S'abonnerTelegram
La Chine poursuit sa conquête spatiale en posant avec succès sa sonde Chang'e 5 sur la Lune, 40 ans après une mission semblable de l’URSS. Le rover ramènera sur Terre deux kg de roches lunaires.

La sonde spatiale chinoise Chang'e 5 s'est posée avec succès sur la face la plus proche de la Lune pour y mener la première mission de récupération d'échantillons en plus de 40 ans, a annoncé l'agence de presse officielle Chine nouvelle. C’est l’URSS qui avait réalisé en 1976 la mission inhabitée Luna 24 ayant permis de collecter des roches lunaires.

En route pour la Lune: lancement de la sonde chinoise Chang’e 5

 - Sputnik Afrique
En route pour la Lune: lancement de la sonde chinoise Chang’e 5
La mission chinoise a été lancée le 24 novembre. Elle doit permettre notamment de prélever environ deux kilogrammes de roches lunaires, dont une partie grâce au forage, pour les ramener ensuite vers la Terre. La sonde se prépare à environ 48 heures de fonctionnement à la surface du satellite.

Le Chang'e 5 est composé d’un orbiteur, d’un alunisseur, d’un module de remontée vers l'orbite lunaire et d’une capsule de retour vers la Terre. Celle-ci devrait rentrer dans l'atmosphère et atterrir dans la région autonome de Mongolie intérieure, au nord de la Chine.

Félicitations russes

Lune - Sputnik Afrique
Une sonde chinoise mise en orbite autour de la Lune
L'agence spatiale russe Roscosmos a félicité ses collègues chinois et a qualifié d'historique l'alunissage de Chang'e 5. «Pour le programme spatial chinois, cet événement est sans aucun doute historique», a indiqué dans un communiqué le directeur général adjoint de Roscosmos, Sergueï Saveliev, rapporte Chine nouvelle.

Les succès de la Chine

Dans le cadre du programme Chang'e, la Chine a déjà fait alunir deux rovers (appelés «Lapins de jade») en 2013 et 2019. Pékin a envoyé son premier astronaute dans l'espace en 2003 et a achevé, en juin 2020, la formation de son système de navigation et de positionnement par satellites Beidou afin de faire concurrence au GPS américain. La Chine espère également construire une station spatiale d'ici 2022.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала