Certains assureurs ont bien bénéficié de la crise du Covid, comme l’affirme Xavier Bertrand

© AFP 2022 ERIC PIERMONTXavier Bertrand
Xavier Bertrand - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Face à une nouvelle vague de critiques autour de certains contrats, Xavier Bertrand a exhorté l’exécutif à prendre des mesures pour forcer les assureurs à indemniser leurs clients les plus fragiles. François Lenglet note sur RTL que ce sont les assurances auto et celles des restaurateurs qui provoquent le plus l’indignation.

Invité dimanche 29 novembre dans l'émission BFM Politique, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, a appelé le gouvernement à pousser les compagnies d'assurance à indemniser les commerçants et les restaurateurs victimes de fermetures administratives à cause du confinement, voire à les taxer en cas de refus. Sur le plateau de RTL, François Lenglet explique l’importance de sa déclaration:

«D'abord parce que Xavier Bertrand est l'un des personnages politiques principaux du pays, et aussi parce qu'il a été lui-même assureur. On se dit qu'il connaît quand même bien ce monde-là».

Le premier front

Selon lui, il y a deux fronts. Le premier concerne les restaurateurs: les assureurs refusent non seulement de les indemniser malgré des clauses prévoyant plus ou moins explicitement le risque de pandémie, mais envoient aussi un avenant à leur contrat portant sur l’exclusion de ce risque qui doit être signé, «faute de quoi ils ne seront plus assurés à partir de l'année prochaine».

Emmanuel Macron a également dénoncé l’attitude des compagnies d’assurance. Celles-ci se sont réunies avec les pouvoirs publics à plusieurs reprises afin d’essayer de mettre en place un futur régime d'assurance Pandémie, permettant une cotisation nouvelle, et de faire rembourser les compagnies avec un fonds de solidarité et des mesures d'aides aux entrepreneurs, poursuit François Lenglet.

La Fédération française des sociétés d'assurance indique d'ailleurs que ses membres ont promis 2,3 milliards d'euros pour les populations et les entreprises les plus touchées.

Le deuxième front

Le deuxième front est celui des assurances auto. Selon les estimations de l’Union fédérale des consommateurs-Que choisir, les compagnies et mutuelles bénéficient de plus de deux milliards d'euros de revenus face à la forte baisse des accidents à cause du confinement.

D’après lui, la Mutuelle assurance des instituteurs de France a choisi de restituer à ses sociétaires 100 millions d'euros. Cette initiative n'a pas été soutenue par tous. François Lenglet note que les assureurs survivent à la crise «avec une image passablement endommagée» alors que les banques ne «s'en sortent pas trop mal, beaucoup mieux en tout cas que durant la crise de 2009».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала