Avant de nouvelles manifestations, le préfet Lallement écrit aux policiers

© AP Photo / Thibault CamusDidier Lallement
Didier Lallement - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Alors qu'une vidéo montrant le passage à tabac d’un producteur par des policiers a soulevé une vague d’indignation cette semaine, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a demandé aux policiers de tenir «la ligne républicaine jusqu’au bout». De nouvelles manifestations contre la loi Sécurité globale sont prévues ce samedi.

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a demandé aux policiers sous son autorité de tenir «la ligne républicaine jusqu’au bout», dans une lettre adressée à chacun d’eux, avant de nouvelles manifestations samedi contre les violences policières.

«Dévier de la ligne républicaine qui nous sert de guide, cette ligne qui a éclairé les pas de nos anciens dans les ténèbres de l’histoire, c’est renier ce que nous sommes, c’est ébranler le pacte de confiance qui nous unit à nos concitoyens, c’est perdre le sens de notre mission», écrit le préfet dans ce courrier dont l’AFP a pris connaissance.

Soulignant «attendre de chacun (d’eux) qu’il tienne la ligne jusqu’au bout», il ajoute : «l’exigence que je place en vous, je me l’impose aussi».

Un producteur passé à tabac

Alors que le passage à tabac par des policiers d’un producteur de musique noir dans son studio parisien, a soulevé une vague d’indignation, le préfet dit pouvoir «compter sur la probité, le sens de l’honneur et l’éthique» des policiers.

Ce passage à tabac a été rendu public grâce à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux.

«Dans les prochains jours, les prochaines semaines (…) nul doute que vous serez confronté à la difficulté, aux doutes, voire à la colère ou à la peur». «Je sais pourtant que vous vous réaliserez, en hommes et femmes de caractère», conclut M. Lallement.

De nouvelles manifestations prévues ce samedi

Ce samedi, de nouvelles manifestations sont prévues partout en France contre la proposition de loi «sécurité globale» et son article 24, qui prévoit de restreindre la possibilité de filmer les forces de l'ordre, alors que l'opposition au texte est désormais exacerbée par une série d'affaires de violences policières.

Des milliers de manifestants à Nantes 

Environ 3.500 personnes, selon la police, entre 6.000 et 7.000, selon l'intersyndicale, ont manifesté à la nuit tombée vendredi soir à Nantes contre la proposition de loi «sécurité globale».

Samedi dernier, la mobilisation avait rassemblé environ 22.000 personnes sur l'ensemble du territoire, selon les autorités.

 

 

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала