Un commissariat caillassé en Biélorussie par des émeutiers à l’expiration de l’ultimatum lancé par l’opposition

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédiaProtestations en Biélorussie
Protestations en Biélorussie - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La police de Minsk déclare avoir été attaquée dimanche par des manifestants armés de pierres. Les policiers précisent avoir réussi à maîtriser ces assaillants ayant lancé des projectiles sur un commissariat et des véhicules des forces de l’ordre.

Des participants à une manifestation non autorisée qui a eu lieu dans la capitale biélorusse le 25 octobre ont attaqué le siège de la direction régionale du ministère de l'Intérieur et ont caillassé des véhicules policiers, a déclaré le chef de la police de Minsk Ivan Koubrakov.

«Les forces de l’ordre ont pris des mesures pour mettre fin aux actes illicites. Ils ont employé des moyens spéciaux et la force physique», a-t-il indiqué dans une interview à l’agence de presse publique Belta.

Manifestations et «ultimatum du peuple»

Manifestation à Minsk, le 25 octobre 2020 - Sputnik Afrique
«Marche de l’ultimatum populaire» au centre de Minsk: interpellations et usage de «moyens spéciaux» - vidéo
Les manifestations se poursuivent en Biélorussie depuis la présidentielle du 9 août 2020, remportée, selon les sources officielles, par le Président en exercice Alexandre Loukachenko avec 80,08% des voix, contre 10,09% pour l’opposante Svetlana Tikhanovskaïa. L'opposition conteste les résultats du vote, soutenue par de nombreux pays européens et les États-Unis. Ceux-ci appellent à la tenue de nouvelles élections.

Mme Tikhanovskaïa, qui a quitté le pays aussitôt après les élections, a lancé un «ultimatum du peuple» au Président Loukachenko exigeant notamment sa démission, la fin des violences dans la rue et la libération des «prisonniers politiques», lequel a expiré le 25 octobre. L'opposante a déclaré que si les demandes de l’opposition n’étaient pas satisfaites au 25 octobre 23h59, toutes les entreprises du pays se mettraient en grève.

Cependant, la porte-parole du gouvernement biélorusse Alexandra Issaïeva a déclaré ce lundi que toutes les entreprises de l'économie réelle en Biélorussie continuaient à fonctionner normalement. Elle a ainsi démenti les informations diffusées sur les réseaux sociaux selon lesquelles plusieurs grandes usines biélorusses s’étaient mises en grève. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала