La Russie et l’UE d’accord que la situation en Biélorussie doit être réglée «sans ingérence extérieure»

© Sputnik . Alexeï Maïchev / Accéder à la base multimédiaLe siège du ministère russe des Affaires étrangères
Le siège du ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La situation en Biélorussie doit être normalisée «sans ingérence extérieure», ont affirmé les chefs de la diplomatie russe et européenne au cours d’un entretien téléphonique.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité de l’Union européenne, Josep Borrell, ont eu ce 20 août une conversation téléphonique qui a été notamment l’occasion d’évoquer la situation en Biélorussie.

«Les interlocuteurs ont estimé nécessaire que la situation soit réglée par les Biélorusses eux-mêmes, sans ingérence extérieure», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Dans ce contexte, Sergueï Lavrov a évoqué l’attitude de plusieurs pays de l’Union européenne.

«Il a attiré l’attention de Josep Borrell sur la position de certains membres de l’Union européenne allant à l’encontre de ce principe et l’a appelé à prendre des mesures afin de couper court aux tentatives de provoquer la confrontation entre les autorités et l’opposition biélorusses», ajoute le communiqué.

Les deux hommes ont également procédé à un échange de vues sur certains aspects d’actualité des relations entre la Russie et l’UE. Le ministère a précisé que c’était Josep Borrell qui avait appelé.

Biélorussie, Russie et UE

frontière entre la Russie et la Biélorussie - Sputnik Afrique
La Biélorussie souhaite «garder le marché russe en qualité de prioritaire»
Emmanuel Macron a proposé ce jeudi, lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière Angela Merkel, une médiation européenne entre les différents acteurs de la crise en Biélorussie, en incluant la Russie.

Josep Borrell avait précédemment déclaré que l’Union européenne n’acceptait pas les résultats de l’élection présidentielle du 9 août en Biélorussie et réfléchissait aux «moyens de sanctionner les responsables de violences et de falsifications» dans ce pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала