Des touristes auraient découvert une créature marine à bec après une tempête à Sakhaline - photos

© Sputnik . Sergueï Krasnooukhov / Accéder à la base multimédiaSakhaline, Russie
Sakhaline, Russie - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La carcasse d'une créature marine à bec a été découverte par des touristes sur la côte de Sakhaline, relate le journal en ligne Sakhaline et Kouriles. Les photos publiées par un compte Instagram local ont attiré l’attention des chercheurs qui espèrent identifier l’animal.

Des photos d'un animal marin prises par des vacanciers sur l’île de Sakhaline, dans le nord-ouest de l'océan Pacifique, au large de la Sibérie, ont été publiées mardi 11 août sur un compte Instagram local, Incident65, informe le journal local Sakhaline et Kouriles.

Les images montrent une créature de plusieurs mètres de long avec un bec, ou museau, qui fait qu’elle ressemble à un dauphin. L’auteur des photos a indiqué que la carcasse se trouvait à proximité du village de Starodoubski, sans préciser l’emplacement exact de sa trouvaille.

Une anémone de mer errante (image d'illustration) - Sputnik Afrique
Une Australienne découvre des créatures marines bizarres sur une plage - photos
Les clichés ont attiré l’attention des scientifiques de la branche locale de l'Institut panrusse de recherche sur la pêche et l'océanographie (VNIRO) qui comptent retrouver la créature et en prélever des échantillons.

«Ce serait une baleine à bec de Cuvier. Elles vivent dans les profondeurs au large de Sakhaline, mais ne sont pas souvent rejetées sur la côte. Il est difficile de déterminer l’espèce d’après une photographie. Il faut examiner la carcasse, la mesurer, prélever des échantillons. De telles images sont toujours intéressantes du point de vue scientifique», expose un représentant de VNIRO cité par le journal.

Baleine à bec de Cuvier

La baleine à bec de Cuvier, autrement appelée baleine à bec d'oie, est un mammifère marin qui vit dans tous les océans à l'exception de l'océan Arctique.

Cette espèce, nommée en l’honneur du célèbre naturaliste français Georges Cuvier, est considérée comme une espèce sensible au bruit qui souffre des filets de pêche, rappelle le journal.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала