Des manifestants mettent le feu au bureau de l’Association de police de Portland - vidéos

Des manifestations se produisent à Portland depuis plusieurs semaines, avec la mort de George Floyd causée par des policiers à Minneapolis. Le mécontentement vise également les actions des forces fédérales dépêchées dans la ville. La foule indignée a ainsi mis le feu au bureau de l’Association de police le 8 août.

L'application Telegram - Sputnik Afrique
Les autorités américaines auraient eu accès à la correspondance des manifestants de Portland sur Telegram
Dans la ville américaine de Portland, dans l’État de l’Oregon, des manifestants ont mis le feu au bureau de l'Association de police le 8 août, comme l’indique une déclaration des forces de l’ordre de la ville publiée sur leur site.

«À 23h35 [8h35 le 9 août, heure de Paris, ndlr], des individus dans la foule ont brisé une fenêtre du bureau de l'Association de police de Portland, y sont entrées illégalement et ont mis le feu, commettant des délits, dont des dommages intentionnels, des vols et des incendies volontaires», a précisé le communiqué.

Les policiers de Portland et de l'Oregon sont arrivés sur place pour disperser la foule. Cependant, ils ont été accueillis par la masse qui a commencé à leur lancer des bouteilles et des balles remplies de peinture.

En outre, selon la source, les manifestants leur ont également envoyé un laser vert dans les yeux, ce qui est considéré comme un crime dans l’État. Trois policiers ont alors été blessés. Deux d'entre eux ont été transportés dans un hôpital de la région par un véhicule de police.

Les pompiers arrivés dans le bâtiment de l'Association de police ont pu éteindre le feu.

À 2h00 [12h00 heure de Paris, ndlr], la plupart des manifestants avaient quitté les lieux. La police a procédé à plusieurs arrestations.

Manifestations à Portland

La mort de George Floyd, asphyxié le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, a déclenché une vague de manifestations contre le racisme et les violences policières.

La mobilisation s'est considérablement affaiblie, mais des poches de contestation ont persisté notamment à Portland. Des agents fédéraux ont été envoyés dans cette ville, une présence qui a provoqué une vive hostilité.

Ils y resteront toutefois jusqu'à ce que la police locale fasse partir «les anarchistes et les agitateurs», a déclaré le 31 juillet Donald Trump.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала