L'OMS arrête les essais de l'hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés

© Sputnik . Alexeï Vitvitski / Accéder à la base multimédiaLogo de l'OMS
Logo de l'OMS - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les essais de l’hydroxychloroquine et de l’association du lopinavir et du ritonavir seront suspendus chez les patients hospitalisés atteints du Covid-19, a annoncé ce 4 juillet l’OMS dans un communiqué.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a accepté la recommandation du Comité directeur de l'essai de solidarité de suspendre les essais de l’hydroxychloroquine, utilisée notamment dans le traitement du paludisme, et de lopinavir/ritonavir, employé principalement comme traitement antirétroviral contre le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), a indiqué l’organisation dans un communiqué publié ce 4 juillet.

Elle précise dans ce contexte que cette décision ne s'applique qu’aux essais chez les patients hospitalisés et n'affecte pas l'évaluation possible dans d'autres études chez des patients n’étant pas hospitalisés ou comme traitement préventif pour le Covid-19.

«Les résultats préliminaires montrent que l'hydroxychloroquine ou l’association de lopinavir et de ritonavir ne réduisent pas ou très peu la mortalité des patients hospitalisés atteints du Covid-19, par comparaison aux soins standards», indique le communiqué.

Nicolas Dupont-Aignan - Sputnik Afrique
Hydroxychloroquine: «Le gouvernement, par bêtise ou par corruption, refuse un traitement qui peut sauver des vies»
Toutefois, les résultats intermédiaires de l’essai ne fournissent pas non plus «de preuves solides» d'une augmentation de la mortalité liée au lopinavir/ritonavir ou à l'hydroxychloroquine, ajoute le communiqué.

Une décision précédente

L'essai de solidarité a été lancé par l'OMS pour trouver un traitement efficace au Covid-19 pour les patients hospitalisés.

Le 17 juin dernier, l’OMS a annoncé que l’hydroxychloroquine ne serait plus testée comme médicament dans le traitement du Covid-19 et que les essais étaient d’ores et déjà mis à l’arrêt.

Une experte de l’organisation avait précisé que cette décision était basée sur trois paramètres, dont les données de l’OMS elle-même sur le médicament et les résultats des tests réalisés au Royaume-Uni.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала