Le cinéaste russe Serebrennikov reconnu coupable du vol d’environ 1,6 million d’euros

© Sputnik . Vladimir Astapkovich / Accéder à la base multimédiaKirill Serebrennikov
Kirill Serebrennikov - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le réalisateur et scénariste russe Kirill Serebrennikov a été reconnu coupable ce vendredi dans le cadre d'une affaire de détournement de fonds. Les peines n’ont pas encore été annoncées.

Le cinéaste Kirill Serebrennikov, popularisé à l’international grâce à son film Leto, ainsi que ses collaborateurs, ont été reconnus coupables d’un vol de 129 millions de roubles (plus de 1,6 million d’euros) ce 26 juin par le tribunal Metchchanski de Moscou.

«Serebrennikov, [les coaccusés] Itine, Malobrodski ont commis une fraude (...) d'une ampleur particulièrement importante», selon le jugement lu par la juge, sans qu’elle annonce immédiatement les peines infligées.

Selon les enquêteurs, les accusés ont volé 129 des 214 millions de roubles alloués entre 2011 et 2014 pour populariser l'art russe contemporain dans le cadre du projet Platforma.

De plus, selon l'enquête, l'ancienne productrice du «Septième Studio» Ekaterina Voronova a détruit une partie des documents comptables pour tenter de cacher la fraude et a disparu. Elle est recherchée.

Dans le cadre du projet Platforma, des performances, des expositions, des conférences et des master classes ont eu lieu.

Six ans de prison

Les procureurs russes ont requis le 22 juin six ans de prison contre Kirill Serebrennikov, 49 ans, pour détournement de fonds, des charges que ses partisans dénoncent comme motivées politiquement.

Kirill Serebrennikov à Cannes (archives photo) - Sputnik Afrique
La France décore le réalisateur russe Kirill Serebrennikov
En 2017, Vladimir Poutine avait commenté cette affaire, jugeant qu’il s'agissait d'une enquête purement économique appelée à établir où sont allés les fonds alloués par l'État. M.Poutine avait souligné que s'il y avait eu des divergences du point de vue créatif, aucune subvention ne lui aurait été accordée. «Si le pouvoir finance [un projet, ndlr], c'est que son attitude est au moins neutre», avait précisé le Président.

Le réalisateur a été assigné à résidence à Moscou depuis le 23 mai 2017 dans le cadre de l’affaire. Le délit dont il est inculpé est passible en Russie d'une peine pouvant aller jusqu'à dix ans de réclusion.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала