Une interpellation mortelle similaire à celle de George Floyd avait eu lieu en mai 2019 - vidéo

Une vidéo montrant une autre arrestation d’un homme noir, mort par la suite à l’hôpital aux USA en 2019, a été publiée par la police d’Oklahoma City. Plaqué au ventre, le suspect a assuré à plusieurs reprises ne pas pouvoir respirer. La famille souhaite que l'affaire soit réexaminée, car les officiers impliqués ont été reconnus non coupables.

Sur fond de protestations contre le racisme et les violences policières déclenchées par le meurtre de George Floyd, la vidéo d’une autre interpellation mortelle d’un Afro-Américain par un policier blanc a refait surface.

Filmées en mai 2019 par une caméra corporelle, les images ont été publiées le 9 juin par la police d’Oklahoma City à la demande du mouvement Black Lives Matter de la ville, indique KFOR TV. La victime est Derrick Scott, 41 ans, décédé après son arrestation.

Des policiers intervenaient alors pour répondre à une alerte concernant un homme qui proférait des menaces contre un individu avec une arme de poing. Le suspect s’est mis à courir.

Une voiture de police, image d'illustration - Sputnik Afrique
Un suspect noir mortellement blessé lors d'une tentative d'arrestation à Atlanta – vidéo choc
Trois agents ont procédé à un plaquage ventral et ont retrouvé une arme dans la poche de son pantalon. «Je ne peux pas respirer», a-t-il prononcé à plusieurs reprises, tandis qu’un policier lui rétorquait: «Je m’en fiche».

L’homme a également demandé de lui délivrer son médicament, un inhalateur pour l’asthme qui traînait sur le sol, comme l’atteste la vidéo. Entre-temps, un officier a signalé qu’il correspondait à la description d’un individu soupçonné d’avoir commis un vol à l’époque.

Menotté et couché sur le ventre, Derrick Scott avait l’air d’avoir perdu connaissance, précise un officier cité par KFOR TV. Il a été ensuite placé en «position de récupération». Pris en charge par une équipe de secours, il est décédé à l’hôpital.

Une enquête

Selon les résultats de l’autopsie pratiquée à l’époque, la cause probable du décès serait liée à un collapsus pulmonaire alors que certains facteurs tels que l’asthme et l’utilisation récente de méthamphétamines y auraient contribué.

Une enquête a été menée suite à cette arrestation. Les officiers impliqués ont été reconnus non coupables.

La famille souhaite que l'affaire soit réexaminée, et que les policiers soient poursuivis, précise la chaîne de télévision.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала