«Un policier me tapait avec la pointe de ses pieds dans mon visage»: un ado raconte son interpellation à Bondy

© AFP 2022 VALERY HACHEDes policiers
Des policiers  - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Sorti après 10 jours passés à l’hôpital pour une fracture maxillaire suite à une interpellation à Bondy, un adolescent a raconté à Loopsider avoir été tabassé par des policiers, dont un homme lui ayant porté des coups au visage. Cependant, les agents concernés nient les faits et plaident l’accident.

Hospitalisé avec une fracture ayant nécessité une opération et des dents cassées après une interpellation musclée à Bondy fin avril, un adolescent de 14 ans a livré sa version des faits au portail Loopsider.

À l’origine de son malheur, il a tenté de voler un scooter lorsque quatre policiers l’ont violemment interpellé, indique Gabriel qui vient de sortir de l’hôpital après avoir subi une opération chirurgicale.

​«Je suis parti avec mon ami. On a voulu voler un scooter», a avoué l'adolescent. «Mon ami a pris une route qui allait derrière le scooter, et moi une route qui allait devant. Mais j'ai vu des policiers et j'ai commencé à courir».

Les agents l’ont poursuivi: «Ils couraient, ils m'insultaient en disant "arrête-toi enc***". Quand ils m'ont attrapé, je leur ai dit, "s'il vous plaît, je me rends", et c'est là qu'ils m'ont tapé».

Des coups reçus au visage

Selon ses dires, les quatre policiers étaient présents. L’un d’entre eux l’a menotté et a mis ses genoux sur son dos:

«Une femme m'a tenu les pieds pendant qu'un policier barbu me tapait avec la pointe de ses pieds dans mon visage».

Omar Sy - Sputnik Afrique
«Réveillons-nous!», la pétition contre les violences policières lancée par Omar Sy récolte 130.000 signataires
Après avoir reçu «trois ou quatre» coups de pied, l’adolescent a été emmené au commissariat de Bobigny où il est resté pendant «40-45 minutes»:

«C’est là que j’ai commencé à vomir et j’avais mal à la tête. J’avais du sang qui coulait au niveau de mon visage».

10 jours à l’hôpital

Arrivés pour le prendre en charge, les pompiers lui ont demandé comment il avait été blessé à ce point. Les policiers leur ont répondu que le garçon était tombé:

«J’arrive pas à croire qu’ils mentent de cette manière. Je sais qu’ils m’ont tapé», a-t-il assuré.

Gabriel est resté à l’hôpital pendant dix jours. Après avoir subi une opération à l’œil, il devra encore être suivi pendant au moins six mois, indique Loopsider.

Un rassemblement devant le tribunal de Paris à l'appel du collectif de soutien à la famille d'Adama Traoré, 2 juin 2020 - Sputnik Afrique
De nouveaux rassemblements à Paris contre les violences policières interdits par le préfet de police
D’après le rapport du médecin légiste, l’adolescent a eu une «fracture maxillaire gauche étendue de l'orbite à la lame papyracée» et s’est vu prescrire 30 jours d’ITT.

Version officielle

Impliqués dans cette affaire, les agents nient lui avoir asséné des coups et affirment qu’il s’agit d’un accident, indique Franceinfo citant une source policière. Les policiers n’ont eu «aucune intention de blesser l’adolescent, ni aucun coup porté», précise-t-elle.

Selon la source, alors qu’un agent était en train de plaquer au sol Gabriel pour lui mettre les menottes, deux autres sont tombés au sol. Arrivé en courant, le quatrième a trébuché sur les deux corps. C’est à ce moment là que son pied aurait pu toucher le visage de l’adolescent.

Ses parents ont déposé deux plaintes, l’une à l’IGPN et l’autre pour violences aggravées auprès du parquet de Bobigny, a ajouté Franceinfo. Organisée à Bondy, une manifestation a rassemblé une centaine de personnes le 1er juin en soutien au garçon.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала