Facebook bannit des groupes d’extrême droite qui parlaient d’apporter des armes aux protestations aux États-Unis

© REUTERS / Lucas JacksonPolice patrol during a demonstration against the death in Minneapolis police custody of African-American man George Floyd, in Minneapolis, Minnesota, U.S., May 29, 2020.
Police patrol during a demonstration against the death in Minneapolis police custody of African-American man George Floyd, in Minneapolis, Minnesota, U.S., May 29, 2020. - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Facebook a annoncé avoir agi contre des groupes jugés haineux, notamment American Guard, liés à l’extrémisme anti-immigrants. Ceux-ci prévoyaient notamment d’apporter des armes aux protestations aux États-Unis. Sur Twitter, des suprémacistes blancs ont publié sous un faux compte antifa, attirant l’attention du fils de Donald Trump.

Mardi 2 juin, Facebook a déclaré avoir fermé des pages et des comptes associés à des groupes jugés haineux, a rapporté CNN. L’entreprise a observé des conversations du groupe American Guard, dont les membres discutaient de la possibilité d’apporter des armes aux protestations antiracistes aux États-Unis, alors que leurs opinions semblent radicalement opposées à celles de ce soulèvement populaire.

D’après l’Anti-Defamation League, une ONG luttant contre les discriminations, l’American Guard, bien que se définissant comme un groupe de «nationalisme constitutionnel américain», «a des antécédents avec l’extrémisme, la haine et la violence». En effet, il s’agit d’une branche de l’Indiana d’un groupe d’extrême droite, anti-immigrants et anti-réfugiés, qui trouve son origine en Finlande en 2015.

Entre émeutes et pillages: les images des manifestations de masse aux USA

 - Sputnik Afrique
Entre émeutes et pillages: les images des manifestations de masse aux USA

Facebook a également supprimé les comptes de plusieurs membres des Proud Boys, un autre groupe qualifié comme d’extrême droite, au vu des discussions qu’ils tenaient sur les protestations, bien que ceux-ci n’aient pas évoqué d’armes. Le personnel de l’entreprise américaine a assuré que les mesures à l’encontre de ces personnes ont été prises en raison de leurs propos violents et non de leur affiliation politique.

Un faux compte antifa

Toujours selon CNN, Twitter a supprimé lundi un faux compte antifasciste après avoir découvert qu’il était tenu par des suprémacistes blancs. Ce compte avait publié dimanche 31 mai un message invitant à s’attaquer aux personnes blanches dans les quartiers résidentiels et à «reprendre ce qui est à nous». Donald Trump Jr., fils aîné du Président américain, s’est fait avoir par ce tweet en le partageant sur Instagram.

«Souvenez-vous juste ce qu’est vraiment l’antifa. Une organisation terroriste! Ils ne font même plus semblant», a-t-il commenté ce mercredi, avant de supprimer sa publication. Il souhaitait ainsi profiter de l’occasion pour appuyer les propos de son père, lequel a affirmé que la mouvance antifa allait être reconnue comme une organisation terroriste.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала