Pour les deux tiers des Français le déconfinement est une source d’inquiétude, selon un sondage

S'abonnerTelegram
Déplacements dans les transports en commun, mesures de distanciation sociale, réouverture des écoles: deux Français sur trois (67%) se montrent inquiets quant au déconfinement progressif, selon un sondage Elabe pour BFM TV rendu public le 6 mai.

Deux tiers des Français (67%) sont préoccupés par la perspective du déconfinement, lequel devrait commencer à partir du 11 mai. Un chiffre en hausse de quatre points par rapport à la semaine dernière, indique un nouveau sondage Elabe réalisé pour BFM TV et publié mercredi 6 mai. 

Une femme portant un masque en France - Sputnik Afrique
Le ministère de la Santé rend publiques les nouvelles cartes du déconfinement
Selon celui-ci, cette préoccupation a fortement augmenté non seulement chez les personnes âgées de 65 ans et plus, mais aussi chez les jeunes, notamment chez les 18-24 ans. Ainsi, 70% des sondés âgés se considèrent inquiets, soit 13 points de plus que mercredi 29 avril alors que chez les jeunes ce nombre atteint 63% (une hausse de 16 points en une semaine).

Quant à la propagation du Covid-19, l’inquiétude reste également très élevée. Au total, 80% des Français se montrent peu rassurés (deux points de plus que par rapport au mercredi 29 avril). Parmi eux, 29% se disent «très inquiets», et 51% «plutôt inquiets».

Un avis négatif sur le déconfinement

En outre, les Français sont de plus en plus nombreux à se montrer négatifs vis-à-vis de la préparation du déconfinement par l'exécutif. Au total, 67% estiment qu’elle est mal gérée, un chiffre en hausse de 12 points en seulement une semaine. Parmi eux, 29% la considèrent comme «très mal» préparée.  Selon le sondage, la gestion du stock de masques et de tests par l'exécutif est aussi à déplorer. Seuls 17% des Français pensent que ces approvisionnements ont été bien gérés par l'exécutif. 

La plupart des sondés pensent qu'il sera impossible de faire respecter les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale au quotidien. Ainsi, 91% estiment que cela ne sera pas possible dans les écoles maternelles, 85% dans les transports en commun et 81% dans les écoles primaires.

En outre, 83% se disent toujours inquiets à l'idée de devoir emprunter les transports en commun, surtout en région parisienne où ce chiffre s’élève à 86%.

La réouverture des écoles non approuvée

Une fenêtre - Sputnik Afrique
Quel est le risque d’attraper le coronavirus chez soi? La réponse d’un scientifique
La plupart des Français (70%) s’opposent également à la réouverture progressive des établissements scolaires le 11 mai. Ce chiffre a augmenté de 10 points en une semaine, et de 25 points en quinze jours.

Ainsi, 59% des parents envisagent de ne pas laisser leur enfant retourner à l'école après le 11 mai, 33% pensent les y renvoyer et 8% n'ont toujours pas pris de décision.

Ce sondage a été effectué du 4 au 5 mai sur Internet, auprès d'un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la population française âgées de 18 ans et plus.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала