Des scientifiques découvrent le taux d’asymptomatiques parmi les infectés au Covid-19

© Sputnik . Maksim Blinov / Accéder à la base multimédiaConfinement à Moscou
Confinement à Moscou - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Des études menées dans plusieurs pays ont indiqué que 55 à 70% des personnes infectées par le coronavirus pourraient être asymptomatiques, ce qui rend la pandémie difficile à contrôler. De plus, les porteurs resteraient infectieux jusqu’à quatre semaines sans le savoir, relate le Straits Times.

Le coronavirus est beaucoup plus répandu qu’on ne le croit, comme le montrent plusieurs études analysées par Leo Yee Sin, directrice exécutive du Centre national pour les maladies infectieuses à Singapour. En effet, entre 55% et 70% des personnes infectées ne montreraient aucun ou peu de symptômes, indique le Straits Times.

 «Cela pousse les individus contaminés à mal évaluer la sévérité de leur maladie, ils ont alors tendance à continuer leurs activités quotidiennes sans se rendre compte du danger de la propagation de l’infection», a déclaré la spécialiste lundi 13 avril au journal malaisien.

Elle a ainsi appelé à «être socialement responsable» en restant chez soi et en évitant de rendre visite aux plus âgés, particulièrement fragiles face à la maladie.

Ces études principalement issues des États-Unis, de Chine et d’Italie, ont également démontré qu’une personne peut continuer à propager le virus même sans symptômes, et ce jusqu’à quatre semaines après l’avoir contracté.

Nerfs - Sputnik Afrique
De nouveaux symptômes du Covid-19 découverts par des neurologues

Ainsi, cette information vient contredire les propos tenus par Emmanuel Macron lundi 13 avril, pour qui «tester tous les Français n’aurait pas de sens» et qui ne comptait tester que les personnes qui présentent des symptômes. Les mesures de confinement, quant à elles, restent primordiales.

L’immunité de groupe

Selon le docteur Leong, spécialiste en maladies infectieuses à l’hôpital Mount Elizabeth de Singapour, ceux qui sont asymptomatiques deviennent ensuite, à l’instar des malades qui ont guéri, résistants au virus. Mais pour développer une immunité de groupe, la part de la population ayant été infectée doit être suffisamment importante. «À ce rythme, cela pourrait prendre deux à trois ans pour que cela se produise», a-t-il indiqué au Straits Time.

Selon le bilan du 14 avril, la pandémie a fait plus de 120.000 morts tandis que près de deux millions de cas positifs ont été recensés, dont plus de la moitié en Europe. Le nombre réel est cependant bien plus élevé, car la plupart des pays ne relèvent que les cas dans les hôpitaux.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала