Un député LREM assure être menacé de mort car il a rejoint sa résidence dans le sud en plein confinement

S'abonnerTelegram
Le départ du député LREM Richard Lioger de sa circonscription de Moselle en pleine crise sanitaire est mal passé auprès des habitants de Metz. Visé par des insultes et des menaces de mort, l’élu refuse pourtant de quitter sa résidence secondaire du sud, se disant être «un député de la nation» qui «peut être partout».

Depuis le premier tour des élections municipales, où il n'a recueilli que 7,5% des suffrages, le député LREM Richard Lioger est devenu la cible de violentes critiques et de menaces de mort.

Un masque - Sputnik Afrique
Face au coronavirus, la maire de Vaucresson quitte sa ville et gère la crise depuis sa résidence secondaire
Selon Le Point, il en va ainsi depuis qu'une internaute a révélé sur Facebook qu'il était parti de sa circonscription de Moselle et avait rejoint sa maison du Luberon pour s'y confiner.

«Samedi matin, j'ai reçu des menaces de mort sur mon compte Messenger, mettant en cause ma personne mais aussi mes enfants et ma famille», a-t-il confié au Point.

«Je peux être partout»

Reconnaissant que son exil est «peut-être problématique symboliquement», il refuse de «rentrer à Metz».

«Je suis un député de la nation, je peux être partout, je suis en télétravail comme des millions d'autres Français, je n'ai rien fait de mal et il n'y a aucune raison que l'on me jette en pâture de la sorte. Les gens ne savent pas ce qui m'a conduit ici», a-t-il expliqué en promettant de porter plainte.

Souhaitant mettre un terme à la polémique, Richard Lioger a publié un communiqué dans lequel il dénonce un «débat public, instrumentalisé par des opposants publics qui ne semblent pas saisir l'urgence du moment que nous traversons».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала