Une aide financière d’urgence aurait été demandée à l’État par Air France-KLM

S'abonnerTelegram
Alors que la pandémie de Covid-19 continue de faire des ravages, face à la crise qu’elle cause, le groupe aérien Air France-KLM a lancé un appel à l’aide auprès de l’État français, rapportent Les Échos.

Une injection financière a été demandée par le groupe aérien Air France-KLM à l’État français, fait savoir le quotidien français Les Échos. Le groupe appelle l’État à l’aide afin de faire face aux prochains mois de crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

Bruno Le Maire - Sputnik Afrique
Coronavirus: il y a «aussi une guerre économique et financière», selon Bruno Le Maire

Il ne s’agit pas de l’unique demande de la part du groupe aérien, qui discute également encore d’autres possibilités financières pour se maintenir durant la crise, y compris «des prêts bancaires garantis par la France et les Pays-Bas, pour un montant total d'environ 6 milliards d'euros, dont 4,1 milliards pour Air France, pour une période de 12 à 18 mois», précise l’édition spécialisée.

En outre, en raison du fait que le groupe ne se satisferait pas des 75 % de garantie proposés par l'État français pour le prêt à Air France, les négociations «prennent plus de temps que prévu».

Auparavant, le directeur général d'Air France-KLM avait déjà annoncé en interne que le groupe perdait 25 millions d'euros par jour, rappelle Les Échos.

Bruno Le Maire - Sputnik Afrique
Coronavirus: Bruno Le Maire n'exclut pas de nouvelles mesures de protection «si nécessaire»

Une aide financière de l’État

L'État apportera «les moyens financiers nécessaires aussi longtemps que la crise durera», pour éviter «un naufrage» de l'économie lié à la pandémie de Covid-19, avait déclaré le ministre des Finances, Bruno Le Maire, au Journal du Dimanche début avril.

Interrogé alors sur la situation d'Air France, il avait dit avoir transmis à Emmanuel Macron et Édouard Philippe «une liste d'une vingtaine d'entreprises stratégiques fragilisées et des solutions pour les aider: garanties de prêts, montée au capital, recapitalisation, et, en dernier ressort, nationalisation».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала