Du marc de raisin utilisé pour faire du gel hydroalcoolique

© Sputnik . Taras Litvinenko / Accéder à la base multimédiaDes vignes
Des vignes - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Des vignerons installés près de Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, ont trouvé une solution pour aider à lutter contre la pandémie de Covid-19 tout en relançant leur production. En effet, ils ont commencé à fournir de l’alcool à base de marc de raisin aux pharmacies et laboratoires locaux afin de produire du gel hydroalcoolique.

Face à l’énorme demande en gel hydroalcoolique, tous les moyens sont bons pour en produire. Les vignobles Arbeau, situés à Labastide-Saint-Pierre, dans le Tarn-et-Garonne, ont redirigé leur production d’alcool à destination des pharmacies et laboratoires de leur région, a rapporté Le Parisien.

«Nous faisons cela pour rendre service. On vendra moins d'alcool par les contrats habituels avec des industriels mais on aime cette économie solidaire de proximité», a confié Anne Arbeau au quotidien.

Avec son frère Géraud, cette productrice a repris l’entreprise familiale fondée en 1878, qui vend d’habitude de l’alcool produit par le marc et les lies de raisin.

Un laboratoire de production de gel hydroalcoolique en plein air à Paris - Sputnik Afrique
Comment fonctionne un laboratoire de production de gel hydroalcoolique en plein air à Paris - reportage

«Nous produisons de l'alcool vinique, qui est moins pur qu'un alcool neutralisé utilisé pour le gel. Nous avons donc demandé aux douanes de Montauban par mail si notre alcool pouvait aider: ils ont répondu favorablement et nous avons lancé les commandes le 19 mars», a-t-elle expliqué.

Se reconvertir pour mieux lutter contre la pandémie

Ils fournissent également leur alcool à Ibbeo, une société de cosmétiques qui s’est reconvertie dans la production de gel hydroalcoolique. Le 28 mars, 6.000 litres ont déjà été livrés, et ce sans but lucratif. «Nous facturons simplement les coûts de production et notre démarche s’inscrit avant tout dans un élan de solidarité contre le Covid-19», a assuré Géraud Arbeau.

Le 15 mars, le groupe LVMH avait annoncé la mobilisation de ses unités de production de parfum et de cosmétiques pour produire du gel hydroalcoolique et le livrer aux hôpitaux de l’AP-HP. Quelques jours plus tard, c’est un autre géant français, Pernod Ricard, qui avait décidé de faire don de quelque 70.000 litres d’alcool pour aider à la fabrication de ce précieux produit.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала