Défense russe: les autorités turques poussent des dizaines de milliers de migrants vers la frontière grecque

© REUTERS / KHALIL ASHAWIDes matériels de guerre turcs non loin d'Idlib, 11 février 2020
Des matériels de guerre turcs non loin d'Idlib, 11 février 2020 - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Au moins 130.000 personnes sont poussées par la politique menée par la Turquie vers la frontière grecque, a annoncé le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Les autorités turques poussent environ 130.000 migrants vers la frontière grecque, et Ankara les expulse vers la Grèce, a déclaré le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Oleg Jouravliov, lors d’un point de presse.

Le gouvernorat d'Idlib (archive photo) - Sputnik Afrique
Idlib: la Défense russe décompte 35.000 déplacés syriens vers la Turquie en 2020

Selon lui, quelque 200.000 personnes sont actuellement déplacées dans les zones proches de la frontière entre la Syrie et la Turquie, dont 85.000 dans plusieurs camps de réfugiés. Au cours de l'opération Source de paix menée par des forces armées turques, plus de 135.000 personnes, majoritairement des Kurdes, ont quitté leurs foyers.

«Actuellement, les autorités de la République turque poussent vers la frontière grecque quelque 130.000 migrants qui se trouvaient dans des camps temporaires dans la région sur la frontière turco-grecque. Les deux tiers d'entre eux ne sont pas des ressortissants syriens. Ce sont des Afghans, des Irakiens, des Africains. La Turquie expulse ces personnes en République hellénique», a informé Oleg Jouravliov.

Le chef du Centre russe pour la réconciliation a tenu à souligner que l'occupation, forcée par les autorités turques, des territoires de Syrie libérés par les Kurdes par les Turcomans avait déjà entraîné un changement radical de la composition ethnique de la population dans ces zones.

Auparavant, Oleg Jouravliov avait également démenti que la riposte de l'armée gouvernementale syrienne à Idlib avait provoqué une crise humanitaire.

«Ces déclarations sont tendancieuses et totalement fausses», avait conclu Oleg Jouravliov.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала