Poutine et Erdogan se sont entretenus par téléphone après les bombardements à Idlib

© Sputnik . Alexey Druzhinin / Accéder à la base multimédiaVladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan (archives)
Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan (archives) - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus par téléphone après les bombardements ayant touché Idlib le 27 février, a fait savoir le ministre russe des Affaires étrangères.

Les Présidents russe et turc se sont entretenus vendredi par téléphone après les bombardements ayant touché Idlib le 27 février, a fait savoir le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

«Un espace de dialogue existe toujours, un entretien téléphonique entre les Présidents Poutine et Erdogan a eu lieu aujourd'hui à la demande du leader turc», a indiqué M.Lavrov.

L’entretien était, selon lui, «détaillé» et consacré à la nécessité de tout faire pour respecter l'entente initiale concernant la zone de désescalade d’Idlib.

Les deux parties ont également examiné la possibilité de procéder sous peu aux consultations nécessaires, a-t-il ajouté.

Tensions à Idlib

Des militaires syriens dans le sud du gouvernorat d'Idlib, archives - Sputnik Afrique
La Turquie publie une vidéo de sa frappe contre l'armée syrienne à Idlib - images
Des divergences se sont manifestées ces derniers temps entre Moscou et Ankara sur la zone de désescalade d’Idlib, où la situation avait empiré début février. La Turquie a accusé les troupes syriennes et leurs alliés d’avoir attaqué des sites civils et des positions des militaires turcs à Idlib, avant d’exhorter Damas à retirer ses troupes de la zone de désescalade. La Turquie a menacé de lancer une opération militaire à Idlib.

Pour sa part, la Défense russe affirme que l’armée syrienne à Idlib se voit obligée de répondre aux attaques des terroristes.

Nouvelle escalade

Armée turque - Sputnik Afrique
Plus de 30 militaires turcs tués dans une frappe syrienne à Idlib, la Turquie riposte
La situation à Idlib s’est une nouvelle fois aggravée le 27 février au soir. Après avoir déploré la mort d'une trentaine de ses militaires à Idlib, la Turquie a riposté en frappant les positions syriennes. Moscou a fait savoir le 28 février que les militaires turcs touchés par la frappe syrienne se trouvaient aux côtés de formations terroristes.

Selon les informations transmises par Ankara, aucune unité de l'armée turque «n'était présente et n'aurait dû se trouver dans la zone concernée», a souligné la Défense russe.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала