Richard Ferrand fustige LFI, accusant ses 19.713 amendements d'«obstruction» à la réforme des retraites

S'abonnerTelegram
Pour le président de l’Assemblée nationale, La France insoumise, qui a déposé plus de 19.000 amendements à la loi sur la réforme des retraites, n’a pas de «pouvoir de blocage».

Les 19.713 amendements au texte de loi portant sur la réforme des retraites proposés par La France insoumise n’ont pas considérablement impressionné le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand. Dans un entretien accordé au Parisien, il assure que le temps nécessaire sera mobilisé pour achever l’examen de ce texte.

Réforme des retraites:  manifestations à Paris, le 16 janvier 2020 - Sputnik Afrique
Retraites: les Insoumis propose une nouvelle motion de censure contre le gouvernement
Au total, 22.160 amendements ont été déposés, constate M.Ferrand tout en soulignant qu’«on a déjà connu des débats avec des milliers d’amendements mais ils ont toujours fini par aboutir».

«La commission a jusqu’à vendredi prochain pour finir ses travaux, sur le projet gouvernemental et sur les amendements déposés par les députés. Si cela s’avérait nécessaire, elle poursuivra ses travaux tout le week-end prochain», explique-t-il.

Selon lui, La France insoumise n’a évidemment pas de «pouvoir de blocage», mais «d’obstruction et de ralentissement oui». «Sur les 19.713 amendements déposés par La France insoumise, 16 000 sont quasiment identiques», constate le président.

«L’obstruction n’apporte rien»

Nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites à Paris 24 janvier 2020 - Sputnik Afrique
Nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites: des incidents sporadiques à Paris – vidéos
Qualifiant les amendements de LFI d’«exercices de répétition», Richard Ferrand estime que le débat «perdrait à subir des obstacles artificiels».

«L’obstruction n’apporte rien […]. Le travail parlementaire doit être calme, intelligible et d’abord répondre aux questions que les Français se posent pour permettre de bien comprendre les effets concrets du texte discuté», insiste-t-il.

Pourtant, s’il s’avère nécessaire de prolonger les débats, «on verra comment réorganiser l'emploi du temps», promet M.Ferrand qui s’engage à veiller à ce que les discussions se déroulent «dans des conditions qui permettent un travail sérieux».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала