Un habitant de Bayeux au RSA obligé de verser plus de 1.000€ à Pôle Emploi suite à un «bug informatique»

© AFP 2022 Pascal Guyot Pôle Emploi
Pôle Emploi - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Suite à une erreur informatique, un habitant de Bayeux au revenu de solidarité active (RSA) doit rembourser plus d’un millier d’euros à Pôle Emploi, informe le site Actu.fr. Le 28 novembre, des membres du comité local de la CGT se sont réunis devant l’établissement pour soutenir la victime de ce bug.

Un habitant de Bayeux au RSA est obligé de verser 1164,04 euros à Pôle Emploi à cause d’un bug informatique, rapporte le site Actu.fr.

Selon le média, l’histoire commence durant l’été 2018. Ayant cumulé des missions d’insertion et d’intérim, l’homme vient à son Pôle Emploi afin qu’on lui accorde une allocation chômage d’aide au retour à l’emploi (ARE). L’établissement débloque 1664,04 euros.

«Je croyais que c’était une avance. Je suis juste venu demander des aides», explique-t-il, cité par Actu.fr.

Remise de dette de 500 euros

Mais les choses ne s’arrêtent pas là. Peu après, en août 2018, une lettre lui parvient. Il apprend qu’une erreur informatique a eu lieu et qu’il doit maintenant rembourser les 1664,04 euros. Grâce à une rencontre avec la directrice du Pôle Emploi de Bayeux organisée à l’initiative du comité local de la CGT, une remise de dette de 500 euros lui est accordée.

Euros - Sputnik Afrique
Dette, budget: la France une fois de plus dans le collimateur de Bruxelles
Le temps passe, et 14 mois plus tard l’homme reçoit une autre lettre dans laquelle il lui est demandé de verser la somme restante. La date limite du règlement est le 8 décembre, selon le document.

Les membres du comité local de la CGT  ont donc décidé d’agir à nouveau et se sont réunis le 28 novembre devant le Pôle Emploi pour rencontrer sa directrice. Ils ont réussi à débattre du problème avec elle.

«Elle nous a dit que son dossier va repasser devant l’instance paritaire territoriale (IPT) mercredi 4 décembre. En fonction de l’issue du rendez-vous, on verra si on revient devant le Pôle Emploi ou pas. Elle nous a aussi dit de ne pas tenir compte de l’échéance du 8 décembre», raconte Yves Fernandez, le responsable CGT de l’union locale des privés d’emplois et précaires du Bessin, cité par Actu.fr.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала