À Amiens, Macron interpellé par un jeune concernant une requête surréaliste – vidéo

© AFP 2022 CHRISTOPHE ARCHAMBAULTFrance's President Emmanuel Macron shakes hands with a boy after visiting the Maison France Services of Amiens, on November 22, 2019. (Photo by CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)
France's President Emmanuel Macron shakes hands with a boy after visiting the Maison France Services of Amiens, on November 22, 2019. (Photo by CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP) - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Lors de son déplacement à Amiens le 22 novembre, Emmanuel Macron a été défié par un jeune garçon sur le jeu vidéo Fifa 20. C’est avec enthousiasme que le Président a réagi à cette demande peu ordinaire.

Après un face-à-face tendu avec les salariés de Whirlpool à Amiens vendredi 22 novembre, Emmanuel Macron a été accueilli avec une certaine bienveillance dans un quartier populaire de la ville.

À un moment, une petite voix a retenti au milieu de la foule en lançant une invitation inattendue au chef de l’État:

«Hé, venez faire un Fifa chez moi!» lance un jeune garçon. Celui-ci est perché juste derrière l’une des nombreuses caméras filmant le bain de foule du Président.

Sans hésiter une seconde, Emmanuel Macron répond:

«Mais je voudrais bien faire un Fifa avec toi». Et de poursuivre: «À mon avis je te bats en plus.»

Le garçon poursuit:

«Non, vous ne me battez pas monsieur, je suis trop fort. Je vous mets 20-0.»

Marche pour le climat, le 21 septembre à Paris - Sputnik Afrique
«Qu'ils aillent manifester en Pologne!», dit Macron aux jeunes européens qui défilent pour le climat
Supporteur de l'Olympique de Marseille, Emmanuel Macron a alors demandé à l’enfant avec quelle équipe il allait jouer. La réponse, «Liverpool».

«Avec l'Olympique de Marseille, tu verras ce que je te mets pour Liverpool», a réagi le Président. Le jeune garçon promet alors de ramener «la PS4 après».

Ensuite, en se serrant la main, les deux lancent presque simultanément, comme en se mettant d’accord sur le défi: «On verra».

Quant à l'Olympique de Marseille, ils ont retweeté la séquence immortalisant cet amusant dialogue.

Une visite tendue à Amiens

Durant la première journée de sa visite dans sa ville natale d’Amiens, Emmanuel Macron a déploré que la France soit actuellement un «pays trop négatif», avertissant, à l'approche de la journée de grève interprofessionnelle du 5 décembre, qu'en démocratie «il n'y a pas de liberté de casser». En outre, il s’est fait interpeller sur le sujet de la précarité des doctorants par une jeune chercheuse.

Lors de sa deuxième journée, il a eu un vif échange au sujet de l’usine Whirlpool, délocalisée en Pologne, avec François Ruffin.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала