Un député européen estime que «Macron est très sensible aux pressions russes»

© Sputnik . Irina Kalashnikova / Accéder à la base multimédiaParlement européen
Parlement européen - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Emmanuel Macron est «très sensible aux pressions russes», affirme le député européen Jacek Saryusz-Wolski, qui estime que ses «révérences à la Russie» vont à l’encontre des intérêts européens, informe le quotidien Polska Times.

Le député polonais au Parlement européen Jacek Saryusz-Wolski a déclaré que, d’après lui, en France, il y a une longue «tradition de céder aux pressions russes», informe le Polska Times à qui l’homme politique a accordé une interview.

Rencontre Macron-Poutine en marge du sommet G20 à Osaka - Sputnik Afrique
«Mort cérébrale de l’Otan»: Macron aurait fait «un cadeau» à Poutine

Selon lui, cela se manifeste dans le caractère «pro-russe» des élites politiques françaises et, en particulier, de son Président Emmanuel Macron qui, rappelle-t-il, avant son élection tenait des propos contraires à son attitude actuelle.

«Je pense que Macron est très sensible aux pressions russes. Il y existe depuis longtemps une tendance pro-russe, en particulier, du côté gauche de l’élite, et, en plus, chez la droite aussi», a déclaré Jacek Saryusz-Wolski.

Qui plus est, l’homme politique a estimé que Macron donnait la priorité aux relations avec Moscou pour compenser ses échecs en matière de politique intérieure. Mais, d’après le député, ces «révérences à la Russie» vont à l’encontre des intérêts polonais et européens.

Emmanuel Macron - Sputnik Afrique
Macron fait état de la «mort cérébrale» de l'Otan
Jacek Saryusz-Wolski n’est pas non plus d’accord avec les propos d’Emmanuel Macron en ce qui concerne «la mort cérébrale» de l’Otan. Il pense que l’Alliance atlantique est «en bonne santé» et que Macron «se comporte en dehors des limites autorisées».

«Mort cérébrale» de l’Otan

Début novembre, Emmanuel Macron avait provoqué une discussion sur l’état de l’Otan, évoquant «la mort cérébrale» de l’Alliance atlantique dans un entretien avec l'hebdomadaire The Economist. Qui plus est, il a justifié ses propos par le désengagement américain vis-à-vis de ses alliés de l'Otan et le comportement de la Turquie.

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont contesté ces estimations du Président français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала