Ministre syrien: parlant d’attaques chimiques, Pompeo «n’est pas le premier secrétaire d’État américain à avoir menti»

© Sputnik . Mikhaïl Voskresenski  / Accéder à la base multimédiaVIlle syrienne de Lattaquié
VIlle syrienne de Lattaquié - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a affirmé jeudi que les autorités syriennes avaient commis le 19 mai dernier une attaque chimique dans le gouvernorat de Lattaquié. Le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a indiqué dans un entretien accordé à la télévision libanaise qu’il s’agissait d’une allégation mensongère.

Mike Pompeo n’est pas le premier secrétaire d’État américain à faire des déclarations mensongères, a déclaré à la chaîne de télévision libanaise Al-Mayadeen le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem. Il commentait les propos du chef de la diplomatie états-unienne concernant une attaque, présentée comme chimique, de Damas dans le gouvernorat de Lattaquié.

«J’ai déjà dit que c’était un mensonge en général et dans le détail. Quant à Pompeo, ce n’est pas le premier secrétaire d’État américain à avoir menti. Nous sommes témoins de multiples exemples de mensonge émanant de lui et de ses prédécesseurs», a rappelé le ministre.

Otan, base en Estonie - Sputnik Afrique
«L’histoire de l’attaque chimique en Syrie a été préparée par des pays de l’Otan»

Les autorités syriennes ont plus d’une fois déclaré n’avoir jamais utilisé d’armes chimique contre les civils et les terroristes, et que tout l’arsenal chimique avait été évacué de la Syrie sous contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a relevé en amont que dans leurs allégations sur des prétendues attaques chimiques perpétrées par les forces gouvernementales syriennes, les États-Unis s’appuyaient sur des sources non vérifiées, y compris provenant de sources émanant de groupes terroristes.                                                                                                                

De son côté, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Verchinine, a déploré le fait que Mike Pompeo ait fait cette déclaration avant la fin de l’enquête de l’Onu, ce qui risquait de se répercuter de façon négative sur le processus de règlement politique en Syrie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала