L’internationalisation de l’Amazonie évoquée par Macron bafouerait les règles de l’Onu

S'abonnerTelegram
L’internationalisation de la préservation de l’Amazonie évoquée par Emmanuel Macron a provoqué une polémique. Une telle idée est «inadmissible», a estimé à Sputnik le spécialiste du droit de l’environnement et professeur à l’université Paulista de Sao Paolo Douglas de Castro.

Les postulats portant sur l’internationalisation de la préservation de l’Amazonie bafouent les règles de l’Onu et sont «inadmissibles», a indiqué à Sputnik Douglas de Castro, avocat spécialiste du droit de l’environnement et professeur à l’université Paulista de Sao Paolo, commentant ainsi les propos d’Emmanuel Macron à ce sujet.

Emmanuel Macron lors du G7, le 24 août 2019, Biarritz - Sputnik Afrique
La France est une puissance «amazonienne», estime Macron
L’idée de l’internationalisation «est inadmissible, parce que l’Onu elle-même a reconnu que les ressources naturelles appartiennent aux États [sur les territoires desquels elles se trouvent, ndlr]», a souligné l’expert.

Douglas de Castro a toutefois tenu à préciser que les pays devraient prendre soin des ressources dont ils disposent.

«En dépit de la souveraineté sur les richesses naturelles qu’ils détiennent, les États ne sont pas épargnés de la responsabilité devant la communauté internationale. Le monde extérieur est un grand système unique. C’est pourquoi tout ce qui se passe au sein des frontière artificielles, établies par les pays, ont des conséquences dans d’autres endroits. Je ne peux pas causer des dégâts à d’autres États en prétextant utiliser mes ressources naturelles», a expliqué l’interlocuteur de Sputnik.

S’adresser à la Cour internationale de justice de l’Onu

Selon lui, si d’autres pays demandent l’internationalisation de l’Amazonie, le Brésil pourrait s’adresser à la Cour internationale de justice de l’Onu.

«Le plus important dans cette question est que nous pourrions contrôler toutes ces discussions de façon qu’elles ne deviennent pas une pierre d’achoppement dans les relations. Mais, bien entendu, toute ingérence est soumise à l’examen de la Cour internationale de justice de l’Onu», a résumé le professeur.

L’Amazonie, «crise internationale»

En août, Emmanuel Macron a provoqué l’ire du Président brésilien après avoir évoqué l’internationalisation de la préservation des forêts amazoniennes ravagées par le feu. Il a notamment écrit sur son compte Twitter que «l’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20% de notre oxygène, est en feu» et que «c’est une crise internationale».

Il a par la suite déclaré, qu’à travers «le territoire guyanais», la France était «une puissance amazonienne».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала