Un syndicat de policiers accuse Marlène Schiappa de «fake news» sur les féminicides

© AFP 2022 Ludovic MARIN / AFPMarlène Schiappa
Marlène Schiappa - Sputnik Afrique
Déclarer que les meurtres de femmes par leurs conjoints ou ex-conjoints sont enregistrés par les forces de l’ordre comme des accidents domestiques est une «fake news», a réagi le syndicat des Commissaires de la Police nationale aux termes que Marlène Schiappa avait choisi pour décrire la prise en charge des féminicides.

S'étant déplacée à Tours pour y inaugurer un espace pour les femmes victimes de violences, la secrétaire d'État à l'égalité femmes/hommes, Marlène Schiappa, a fustigé la prise en charge par les forces de l'ordre des meurtres de femmes par leurs conjoints ou ex-conjoints. Elle s'est réjouie qu'ils soient désormais enregistrés comme des «meurtres», alors que, d'après elle, ce n'était pas le cas auparavant.

Cependant, le syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) a accusé le 27 avril Marlène Schiappa de «fake news», démentant par là même ses affirmations.

​«Un meurtre quand il est établi, est enregistré comme meurtre dans le logiciel de rédaction des procédures de la police nationale (LRPPN)», a martelé le syndicat sur Twitter, interpellant également Christophe Castaner et Laurent Nunez.

Outre le syndicat, un grand nombre d'utilisateurs de Twitter se sont aussi exprimés, dont des avocats:

Face à cette vague de réactions, Marlène Schiappa est revenue sur ses propos, indiquant un «malentendu» dû au format «condensé» des messages publiés sur Twitter. D'après elle, elle n'a jamais sous-entendu que «l'institution transformait les meurtres en accident et les comptabilisait comme tel» et que sa déclaration était différente à l'origine:

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала