La gendarmerie enquête sur des décapitations de phoques en France

© Sputnik . Alexey Danichev / Accéder à la base multimédiaUn bébé phoque
Un bébé phoque - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Deux phoques ont été retrouvés décapités dans le Finistère. La gendarmerie a lancé un appel à témoins pour retrouver le ou les auteurs de ces actes de barbaries.

Au cours des derniers mois, au moins deux phoques décapités ont été découvert à Concarneau et à Trégunc (Finistère), rapporte France 3. Le maréchal des logis-chef Gautier Paris, qui a déjà ouvert une enquête sur ces actes de barbaries, avance que «les phoques ont été décapités volontairement à l'aide d'un objet tranchant».

Caracas, Venezuela - Sputnik Afrique
Un scandale de corruption lié à l'ambassade de France au Venezuela pourrait éclater
La tête du premier phoque été découverte accrochée à un cordage mi-février au bout de la digue du port de plaisance de Concarneau. «La capitainerie nous a alerté, une tête de phoque était attachée à un cordage, au bout de la digue de l'entrée du port de Concarneau», précise le maréchal.

Le deuxième phoque a été retrouvé le 10 mars par un promeneur dans l'anse du Cabellou. Par ailleurs, un autre phoque mutilé et dans un état de décomposition avancé a été découvert huit jours plus tard par une promeneuse, toujours dans le Finistère.

Concernant les coupables présumés, Gautier Paris avance qu'«il peut s'agir de pêcheurs ou de plaisanciers qui ont pris un phoque dans leurs filets».

Le délit de destruction non autorisée d'espèces animales protégées est une infraction dont la peine minimale est une amende de 3.750 euros.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала