Libye: pour le président du Parlement de l’UE, la France a commis «une erreur historique»

© AP Photo / Michel EulerNicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi
Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Dans une interview accordée le 6 avril à la chaîne italienne Sky TG24, le président du Parlement européen s’est prononcé sur l’aggravation de la situation en Libye. Il a notamment accusé l’ancien Président français, Nicolas Sarkozy, d’être derrière le meurtre de Mouammar Kadhafi.

En commentant la déclaration de Matteo Salvini sur les intérêts économiques et commerciaux qui pourraient pousser certains pays à promouvoir une intervention militaire en Libye, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, s'en est pris à la France et, en particulier, à son ancien Président, Nicolas Sarkozy.

«Nous disions depuis toujours que la France avait des intérêts différents de ceux italiens en Libye si bien que [Nicolas] Sarkozy était l'un des protagonistes de la chasse à [Mouammar] Kadhafi et de son meurtre avec les Américains et les Britanniques», a-t-il déclaré dans une interview accordée le 6 avril à la chaîne Sky TG24.

El comandante del Ejército libio, Jalifa Haftar - Sputnik Afrique
Libye: Paris nie avoir un «plan caché» avec Haftar et réitère son soutien à Sarraj
Il estime que la France n'a pas atteint son objectif en Libye.

«Il s'agit d'une erreur historique retentissante. La France pensait pouvoir peser plus en Libye mais finalement elle n'a rien pesé», a-t-il précisé.
Selon M.Tajani, le «grand chaos» qui s'est créé en Libye a provoqué une crise migratoire dont le prix est payé par l'Italie et d'autres pays.

Lors de son déplacement à Paris pour la réunion des ministres de l'Intérieur du G7, Matteo Salvini s'est déclaré «très préoccupé» par la situation en Libye.

«Je voudrais que personne, poussé par ses intérêts économiques et commerciaux, ne promeuve une campagne pour une intervention militaire qui pourrait être dévastatrice», a-t-il ajouté.

Exercices militaires US - Sputnik Afrique
Face à l’avancée de Haftar, l’armée US délocalise ses forces en Libye
La semaine dernière, le commandant en chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), Khalifa Haftar, avait donné l'ordre à ses forces d'entamer la marche vers Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayez el-Sarraj et reconnu par la communauté internationale.

Le 5 avril, les troupes du maréchal Khaftar ont atteint la banlieue de la capitale et pris le contrôle de l'aéroport international de Tripoli.

La Libye est plongée dans le chaos depuis le renversement du gouvernement et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales, avec notamment la présence à Tripoli du gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, soutenu par l'Onu et l'UE, et dans l'est, d'un parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала