Netanyahou laisse entendre qu'Israël négocie en secret avec 6 pays arabo-musulmans

© AP Photo / Sebastian ScheinerBenjamin Netanyahou
Benjamin Netanyahou - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Benjamin Netanyahou a laissé entendre que Tel Aviv menait des pourparlers secrets avec certains pays arabes et musulmans, bien que la plupart des pays de la région n’aient pas de relations diplomatiques officielles avec Israël et que certains lui dénient même le droit d’exister.

Israël reste en contact avec environ six pays arabo-musulmans qui se sont montrés hostiles à son égard dans le passé, a déclaré mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahou lors de la cérémonie commémorative annuelle consacrée à Levi Eshkol, chef du gouvernement israélien pendant la Guerre des Six jours.

«Nous le faisons avec de larges portions du monde arabo-islamique dans le cadre du processus de normalisation accélérée […]. Nous faisons avancer ce processus en secret. Ces jours-ci, Israël prend contact avec une demi-douzaine d’États arabo-musulmans qui étaient, jusqu'à récemment, hostiles à Israël», a indiqué M.Netanyahou.

Le drapeau d'Israël - Sputnik Afrique
Des relations secrètes lieraient Israël et les Émirats arabes unis
Le Premier ministre n’a pas précisé quels étaient ces États. Il a reconnu que tous les pays étaient prêts à de telles discussions avec Tel Aviv.

«Nous avançons dans ce processus de reconnaissance et d’entente avec nos voisins, pas tous, mais avec la plupart d'entre eux», a-t-il noté.

M.Netanyahou a fait ces déclarations en plein scandale provoqué par ses propos du 10 mars. Le Premier ministre avait alors indiqué qu’Israël n’était «pas l’État-nation de tous ses citoyens», mais «l’État-nation du peuple juif» conformément à la loi sur l’État-nation adoptée en 2018. Malgré le fait qu'il a ensuite noté que son gouvernement n'avait «aucun problème avec les citoyens arabes d'Israël» et qu'il en avait fait plus pour la population arabe que n’importe qui, le Premier ministre a fait l’objet d’accusations de racisme.

Des soldats israéliens dans le Golan occupé par Israël - Sputnik Afrique
Reconnaître le Golan comme partie d'Israël? Damas condamne l'idée d'un sénateur US
M.Netanyahou, avait aussi précédemment révélé qu’Israël avait eu des «contacts» avec l'Arabie saoudite, mais les «gardant secrets».

La plupart des États arabo-musulmans de la région ne reconnaissent pas Israël. Les relations tendues entre Israël et ses voisins sont étroitement liées au conflit israélo-palestinien, qui n'a toujours pas été résolu. Cela n’empêche toutefois pas certains pays de signer des traités de paix avec Tel Aviv et d’ouvrir des missions diplomatiques mutuelles.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала