L'État néerlandais entre au capital d'Air France-KLM

Afin de pouvoir influencer la gestion du groupe de transport aérien, l'État néerlandais est entré au capital d'Air France-KLM et compte porter sa participation au niveau de celle de l'État français, a annoncé mardi le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra.

L'État néerlandais a annoncé mardi avoir réalisé un raid surprise sur le capital d'Air France-KLM afin de défendre ses intérêts, une opération qui intervient après des frictions sur l'avenir du patron de KLM.

Air France planes are parked on the tarmac of Charles de Gaulle airport on September 24, 2014 in Roissy during an Air France pilots strike - Sputnik Afrique
Air France-KLM annule 159 vols au départ et à destination d'Amsterdam dû à une tempête
L'irruption des Pays-Bas autour de la table d'Air France-KLM intervient après plusieurs semaines de tensions entre le conseil d'administration, à dominante française, et le gouvernement néerlandais au sujet du poids des Pays-Bas sur la stratégie et la direction de l'entreprise.

Wopke Hoekstra a précisé que l'État néerlandais détenait déjà 12,68% du capital d'Air France-KLM, une participation acquise pour 680 millions d'euros qu'il entend porter à environ 14%. L'État français est pour l'instant le premier actionnaire du groupe avec 14,29% du capital selon les données Refinitiv.

La démarche lancée par le gouvernement néerlandais constitue «une étape décisive pour la protection des intérêts néerlandais», a dit Wopke Hoekstra à des journalistes. «L'acquisition de cette participation nous assure un siège à table.»

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères - Sputnik Afrique
La position de l’Europe derrière la démission (non acceptée) du diplomate iranien?
Le ministre a ajouté que la démarche du gouvernement ne relevait pas de l'investissement mais était motivé par la protection des intérêts économiques néerlandais et en particulier de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, le troisième d'Europe.

«À plusieurs reprises ces dernières années, les intérêts néerlandais n'ont pas été suffisamment pris en compte dans les décisions concernant l'entreprise dans son ensemble», a jugé Wopke Hoekstra dans une lettre adressée au Parlement mardi.

À Paris, son homologue français, Bruno Le Maire, a pris acte de cette prise de participation «qui s'est faite sans information du conseil d'administration ni du gouvernement français».

En Bourse, l'action Air France-KLM a gagné 5,38% mardi, portant à 22,7% sa progression sur les cinq dernières séances.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала