Joachim Son-Forget explique comment il rend «service à Emmanuel Macron»

© SputnikJoachim Son-Forget
Joachim Son-Forget - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Quelques jours après sa démission de la République en Marche, provoquée par ses attaques jugées sexistes contre la sénatrice EELV Esther Benbassa, le député Joachim Son-Forget a motivé sur Europe 1 sa décision et expliqué ce qui manquait, à son avis, à la politique française.

Le député Joachim Son-Forget, qui a quitté à la fin du mois de décembre la République en Marche après le scandale provoqué par ses propos concernant la sénatrice EELV Esther Benbassa, s'est prononcé mercredi sur les distances qu'il a prises avec LREM.

Dans une interview accordée à Europe 1, il a assuré qu'«il n'est pas le mec qui chante "Au revoir au Président"».

Joachim Son-Forget - Sputnik Afrique
Le Net sur le parti de Son-Forget: «Il va devenir un pionnier de la politique 2.0»

«Au contraire, […] je pense sincèrement, du fond du cœur, que je rends service à Emmanuel Macron», a indiqué le représentant des Français de Suisse et du Liechtenstein au micro de la radio généraliste.

Toujours au cours de cet entretien, le député a également essayé d'expliquer son habitude de polémiquer sur Twitter, en utilisant souvent les images de Star Wars, de Booba ou d'Harry Potter.

«Sur Twitter, la vie est en noir et blanc. C'est aussi vrai dans la vie publique. On a besoin d'humour, de satire, de second degré, voire de troisième ou de quatrième degré […] En fait, il ne faut pas du tout mépriser notre jeunesse là-dedans, parce que c'est la plus à-même de pouvoir jouer avec les idées, avec l'humour, avec un pragmatisme incroyable. Et c'est largement ignoré par toute la politique, y compris mes jeunes amis de la République en marche», a-t-il ajouté sur les ondes d'Europe 1.

Certains internautes ont déjà réagi aux propos de l'ex-LREM.

Rappelons que le lendemain de son départ de LREM, le député a annoncé la création de son propre parti qui porte le nom de «Je suis Français et Européen». Selon Europe 1, plus de 3.000 personnes s'étaient déjà inscrites mercredi matin sur le site de cette formation politique.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала