Cette fois-ci, Bessan… Un énième péage de Vinci incendié au cours de la nuit (photos)

S'abonnerTelegram
Au cours de ces dernières semaines de mobilisation des Gilets jaunes, des péages et autres installations autoroutières ont été dégradés, majoritairement dans le sud de la France, de Perpignan à Orange. Ce mercredi, des Gilets jaunes ont revendiqué avoir mis le feu à un local appartenant au concessionnaire autoroutier Vinci, à Bessan.

Un bâtiment de Vinci situé à Bessan, dans l'Hérault, à 20 km à l'est de Béziers, a été incendié au cours de la nuit de mardi à mercredi, a-t-on appris auprès des pompiers. Cet immeuble, établi au niveau du péage et qui servait à la fois de local technique et de réfectoire, avait déjà été incendié au cours du week-end précédent.

Selon un correspondant de l'AFP, des Gilets jaunes ont revendiqué cette action.

Le groupe Vinci a confirmé à son tour l'incendie tout en précisant que l'évaluation des dégâts était en cours.

Plusieurs péages et installations de Vinci ont subi des dégradations ces derniers jours dans le sud de la France, notamment à Béziers, Narbonne, Perpignan, Bandol, ou Manosque.

La barrière de péage de Bandol dans le Var, sur l'autoroute A50, a été incendiée au cours de la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris auprès de Vinci Autoroutes, dont les installations ont déjà été visées plusieurs fois en marge du mouvement des Gilets jaunes. Les cabines de péage ont été détruites. Alors que des internautes et certains médias accusent des casseurs, certains rejettent la responsabilité de cet acte sur des Gilets jaunes.

des Gilets jaunes - Sputnik Afrique
Casseurs ou Gilets jaunes? Un nouveau péage incendié dans la nuit (vidéo)
Dans la nuit de dimanche à lundi, l'aire de péage de l'A51 à Manosque avait également été incendiée à deux reprises, faisant des dégâts et perturbant la circulation.

Dimanche soir, la statue de la Main jaune installée sur un rond-point de Châtellerault et qui est devenue le symbole de la mobilisation des Gilets jaunes en Poitou-Charentes, a été incendiée par des manifestants avant de partir. En effet, plus tôt dans la journée, ils avaient été priés de libérer le rond-point qu'ils tenaient depuis plusieurs semaines.

Vinci s'est attiré les foudres des Gilets jaunes, mais aussi du gouvernement en affirmant vouloir faire payer les automobilistes passés gratuitement aux péages devenus, pour ce mouvement populaire, un symbole de taxes indues. Face au tollé, le concessionnaire autoroutier a annoncé mardi soir renoncer à cette procédure de recouvrement.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала