Pour ses exportations, l’Algérie élabore une stratégie d’implantation en Afrique

S'abonnerTelegram
L’Algérie compte développer ses exportations vers les pays africains, a affirmé le 18 décembre le ministre algérien du Commerce, en mettant l’accent sur les problèmes que la nouvelle stratégie doit résoudre.

Le marché africain est l'une des priorités majeures de la stratégie algérienne en matière d'exportation de produits finis, a déclaré le 18 décembre devant la presse, à Alger, Saïd Djellab, le ministre algérien du Commerce, en marge d'une Rencontre nationale sur l'exportation.

Tout en soulignant que l'Algérie est tenue de développer une stratégie offensive sur le continent africain si elle souhaite réussir davantage en matière d'exportations, le ministre a mis en avant les résultats déjà réalisés dans ce domaine. «Un peu plus de 50 accords d'exportation dans divers domaines de production ont été signés avec des pays africains», a-t-il indiqué en précisant que 25 contrats avaient été signés avec des opérateurs économiques mauritaniens.

Des migrants syriens - Sputnik Afrique
Après sa défaite en Syrie, Daech a-t-il l’Algérie dans sa ligne de mire?
Bien que les produits algériens soient plutôt appréciés dans les pays africains où ils sont commercialisés, le responsable a néanmoins relevé des problèmes qui entravent encore le processus d'exportation, et que la nouvelle stratégie nationale devrait impérativement résoudre.

Le premier obstacle que les opérateurs économiques algériens doivent surmonter, selon M.Djellab, est la nécessité de «diminuer le coût logistique des transports». Selon lui, ce facteur impacte sérieusement les capacités d'exportation du pays.

Réunion des ministres des Affaires étrangères de la Fédération de Russie et de l'Algérie S. Lavrov et A. Messaela - Sputnik Afrique
Partenariat stratégique Algérie-Russie: 2 contrats dans les hydrocarbures signés à Alger
Le deuxième point évoqué par le ministre est la nécessité d'une régularité dans le temps de la quantité et de la qualité des produits proposés, tout en assurant un bon rapport qualité/prix. Dans ce sens, le responsable a expliqué que la partie algérienne avait toujours du mal à accorder son violon au système du marché de la grande distribution internationale. «Ce dispositif compte sur un timing et des règles précises», a-t-il indiqué.

Usine de médicaments - Sputnik Afrique
Pourquoi Alger bloque-t-il le projet du groupe pharmaceutique français Pierre Fabre?
En conclusion, Saïd Djellab s'est félicité de l'augmentation considérable du taux de participation des entreprises algériennes dans les salons internationaux. «Nous avons enregistré au mois de juillet 2018 près de 839 entreprises contre 374 entreprises en 2017», a-t-il annoncé en précisant que 34% d'entre elles avaient exposé dans des pays arabes, 29% dans des pays africains et enfin 28% en Europe. Durant l'année 2018, l'Algérie a signé quatre accords d'exportation avec les États-Unis, quatre avec la Belgique, 12 avec le Gabon et cinq avec l'Égypte, selon le ministre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала