Un manifestant dans le coma après des heurts entre Gilets jaunes et CRS à Toulouse

© AFP 2022Une manifestation des "gilets jaunes" à Toulouse
Une manifestation des gilets jaunes à Toulouse - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Un jeune homme a été très gravement blessé samedi après-midi à Toulouse, lors des violences qui ont éclaté en marge de la manifestation des Gilets jaunes. Selon les pompiers, il aurait reçu un tir de flash-ball en pleine tête.

Un homme de 28 ou 29 ans, participant à la manifestation des Gilets jaunes samedi à Toulouse, a été grièvement blessé et son état «s'est aggravé de façon critique», a indiqué lundi la préfecture de Haute-Garonne.

«Samedi 1er décembre, une victime a été transportée au CHU de Purpan (à Toulouse) sans indication de gravité. Son état s'est aggravé dimanche de façon critique. Il est hospitalisé en neurochirurgie», ont détaillé à l'AFP les services administratifs.

Une enquête pour «rechercher les causes des blessures» a été confiée à la sûreté départementale de Toulouse, a-t-on appris d'une source proche du dossier. Néanmoins, selon les pompiers, il aurait été blessé par un tir de flash-ball.

Un CRS - Sputnik Afrique
Affirmant être la victime d’un passage à tabac par un groupe de CRS, il témoigne
D'après plusieurs témoignages, dont celui de sa mère, recueillis par France-Soir, Benoît se trouvait dans la zone de la gare Toulouse-Matabiau quand les CRS ont cherché à disperser les manifestants avec des gaz lacrymogènes et une charge. Il a été touché «juste au-dessus de l'oreille», précise sa mère, Isabelle.

Le jeune homme serait «entre la vie et la mort» et a été plongé dans un «coma artificiel», indiquait lundi soir La Dépêche du Midi sur son site Internet.

Cinquante-sept personnes, dont 48 policiers, ont été blessées samedi lors de la manifestation des Gilets jaunes à Toulouse, avait annoncé dimanche la préfecture.

La manifestation des «gilets jaunes» contre l'érosion du pouvoir d'achat a été entachée samedi de graves violences. Les chiffres de samedi dernier témoignent du chaos, à Paris et dans d'autres villes de France comme Marseille, Bordeaux, Le Puy-en-Velay et Charleville-Mézières: quatre personnes sont mortes, 63 ont été blessées, dont 133 dans la capitale, et les forces de l'ordre ont placé 630 manifestants en garde à vue, dont 378 à Paris.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала