«Ne vous inquiétez pas»: Mohammed ben Salmane tente de rassurer Emmanuel Macron (vidéo)

© AP Photo / Christophe EnaMohammed ben Salmane et Emmanuel Macron
Mohammed ben Salmane et Emmanuel Macron - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
En marge du G20 à Buenos Aires, Emmanuel Macron a eu un bref échange avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Des journalistes sont parvenus à en déchiffrer quelques phrases.

Mohammed ben Salmane et Emmanuel Macron ont eu un bref entretien lors du sommet du G20 qui s'est tenu en Argentine, dans l'espace réservé aux chefs d'État. Des images de cet aparté, dont la source originale restait pour l'heure indéterminée, ont été mises en ligne par des journalistes.

Dans cette vidéo, on peut entendre des bribes de phrases en anglais, couvertes par le bruit ambiant et des annonces en haut-parleur des organisateurs du sommet:

«Ne vous inquiétez pas», dit Mohammed ben Salmane, et le Président français de répondre: «Mais je m'inquiète. Je suis inquiet. Je vous l'ai dit.» «Vous ne m'écoutez jamais», continue M.Macron. «Non, bien sûr, je vous écoute», réplique alors le prince saoudien. «Je suis un homme de parole», assure le Président et les deux hommes s'éloignent de la caméra.

Emmanuel et Brigitte Macron arrivent à Buenos Aires - Sputnik Afrique
Pourquoi les Macron n’ont-ils pas été accueillis par des officiels à leur arrivée au G20?
Selon l'Élysée, «deux points ont alors été évoqués, la volonté des Européens sur l'affaire Khashoggi d'associer des experts internationaux à l'enquête en cours et la nécessité d'une solution politique au Yémen».

Jamal Khashoggi a été assassiné le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives. Après avoir d'abord nié le meurtre, les autorités saoudiennes ont fini par reconnaître que l'éditorialiste avait trouvé la mort lors d'une opération «non autorisée». Son corps n'a toujours pas été retrouvé.

21 suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'affaire, selon le bureau du procureur général à Riyad. Onze de ces suspects ont été inculpés, et le procureur général a requis la peine de mort à l'encontre de cinq d'entre eux, accusés d'avoir «ordonné et commis le crime».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала