L'ancien roi d'Espagne fustigé pour sa photo en compagnie du prince saoudien

© REUTERS / Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal CourtSaudi Crown Prince Mohammed bin Salman speaks with former Spanish King Juan Carlos during the Emirates Formula One Grand Prix at the Yas Marina racetrack in Abu Dhabi, United Arab Emirates November 25, 2018.
Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman speaks with former Spanish King Juan Carlos during the Emirates Formula One Grand Prix at the Yas Marina racetrack in Abu Dhabi, United Arab Emirates November 25, 2018. - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
L'ancien roi d'Espagne s'est retrouvé sous le feu de critiques au sujet de sa photo avec le prince héritier d'Arabie saoudite.

L'ancien roi d'Espagne, Juan Carlos Ier, a été critiqué après la parution d'une photo le présentant en compagnie du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, annonce le quotidien El Pais.

Selon ce dernier, la photo a paru sur le compte Twitter de la diplomatie saoudienne. Le quotidien espagnol El Mundo a qualifié l'image de «photo de la honte».

​À leur tour, les partis socialistes espagnols Gauche unie et Podemos ont fustigé la photo.

«C'est humiliant pour l'Espagne et les Espagnols», a écrit dans son compte Twitter Pablo Echenique, membre haut placé de Podemos.

Selon le leader du parti Gauche unie, Alberto Garzon, la photo «reflète bien l'époque qui doit prendre fin».

«La monarchie, c'est un problème et pas seulement pour le peuple d'Espagne, comme le montre la photo. Cette photo est un symbole», a ajouté Garzon dont le parti prône activement la fin de la monarchie en Espagne.

Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre au consulat saoudien d'Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives. Après avoir d'abord nié le meurtre, les autorités saoudiennes ont fini par reconnaître que l'éditorialiste avait trouvé la mort lors d'une opération «non autorisée». Plus d'un mois et demi après sa mort, son corps n'a toujours pas été retrouvé. 21 suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'affaire, selon le bureau du procureur général à Riyad. 11 de ces suspects ont été inculpés, et le procureur général a requis la peine de mort à l'encontre de cinq d'entre eux, accusés d'avoir «ordonné et commis le crime».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала