Un «Empire» européen face aux États-Unis et à la Chine: le rêve de Bruno Le Maire

S'abonnerTelegram
Le ministre français des Finances estime que l’Europe devrait devenir un Empire pacifique, une puissance capable de rivaliser avec les États-Unis et la Chine, selon le quotidien allemand Handelsblatt.

Dans une interview publiée dimanche par le quotidien allemand Handelsblatt, Bruno Le Maire a indiqué souhaiter que l'Europe devienne un Empire semblable aux États-Unis et à la Chine.

Selon lui, cet «Empire» doit être une puissance pacifique fondée sur les principes d'un État constitutionnel.

«L'Europe ne devrait plus hésiter à jouer de son pouvoir», a affirmé le ministre.

M.Le Maire a signalé qu'il était nécessaire de lutter «contre les sanctions illégitimes des États-Unis contre l'Iran» et de «faire obstacle au gouvernement de Donald Trump».

«Le but ici est de dire clairement aux États-Unis: nous sommes un continent souverain et nous décidons nous-mêmes d'avec qui nous faisons du commerce», a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron s'était précédemment déclaré favorable à la création d'une «vraie armée européenne» indépendante vis-à-vis des États-Unis. Il avait souligné que l'Europe était confrontée à de nombreuses tentatives d'ingérence dans ses processus démocratiques internes et dans son cyberespace. Donald Trump avait qualifié la proposition de son homologue français de «très insultante».

Emmanuel Macron et Donald Trump - Sputnik Afrique
Trump réagit à la proposition de Macron de créer une «armée européenne»
L'idée d'une armée propre à l'Union européenne est régulièrement émise par des hommes politiques européens. Ainsi le commissaire européen au Budget et aux Ressources humaines, Günther Oettinger, a déclaré qu'il rêvait d'une armée qui porte en commun la responsabilité du maintien de la démocratie, des droits de l'Homme et de la liberté, en Europe comme dans les missions étrangères.

Le Président Donald Trump avait annoncé, en mai dernier, le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, de même que le rétablissement des sanctions contre l'Iran, y compris celles qui touchent les pays commerçant avec Téhéran. Certaines de celles-ci ont été rétablies le 7 août dernier, tandis que d'autres sont entrées en vigueur ce lundi 5 novembre. Washington a notamment porté plus de 700 personnes, entités, avions et navires iraniens sur sa liste noire. Parmi les entités concernées figurent 14 banques importantes. La Chine, la Corée du Sud, la Grèce, l'Inde, l'Italie, le Japon, la Turquie et Taïwan ont été provisoirement autorisés à acheter du pétrole iranien.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала