La dédollarisation serait un gage de la sécurité économique de la Russie

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Accéder à la base multimédiaDollars américains
Dollars américains - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Dans le contexte des sanctions, l’économie russe a besoin d’une dédollarisation pour garantir sa sécurité, estiment des experts interrogés par Sputnik.

Tout comme Vladimir Poutine, qui a déclaré que la dédollarisation de l'économie russe ne poursuivait pas l'objectif de torpiller la monnaie américaine, mais de garantir sa sécurité, les experts interrogés par Sputnik à ce sujet évoquent eux aussi de la sécurité économique.

L'objectif de la dédollarisation est, en effet, la sécurité, estime Anna Kokoreva, de la société Alpari.

«L'économie russe est très dépendante du taux de change et la haute volatilité du taux de change du dollar rend nos revenus instables. En outre, l'évolution du taux de change produit un impact direct sur les indicateurs macroéconomiques», a-t-elle ajouté.

«Étant donné que le pays émetteur de dollars introduit régulièrement des sanctions contre la Russie et menace d'imposer des restrictions aux obligations d'État, il convient de minimiser les risques et de réduire les paiements en dollars», conclut Mme Kokoreva.

Selon Valeri Bezouglov, de la société d'investissement Freeedom Finance, on entend par dédollarisation le fait d'utiliser en partie des monnaies nationales dans le cadre des échanges extérieurs, sous-entendant aussi que les exportateurs qui concluent des contrats en roubles se voient concéder des avantages.

Évoquant la protection contre les sanctions, il signale que la dédollarisation vise en tout premier lieu à protéger les paiements intérieurs en prévision des restrictions qui pourraient éventuellement concerner les transactions en dollars des banques d'État russes.

Vladimir Poutine participe à la 15e réunion annuelle du Club Valdaï - Sputnik Afrique
Les États-Unis «mettent en doute la fiabilité du dollar»
De nouvelles sanctions américaines contre la Russie étaient entrées en vigueur le 27 août. Un nouveau train de sanctions encore plus dures pourrait être introduit en novembre prochain pour frapper l'octroi de crédits aux personnes morales russes et les opérations d'import-export. Toujours en août, un projet de loi avait été soumis à l'examen du Congrès américain contenant un large éventail de mesures antirusses, y compris des sanctions contre la nouvelle dette publique et les banques d'État russes, parmi lesquelles Vneshekonombank, Sberbank, VTB, Gazprombank, Rosselkhozbank et Promsviazbank.

Les experts ont signalé à Sputnik que les formulations de ce document concernant les banques sont très vagues et que selon toute évidence elles pourraient également être frappées d'interdiction de paiements en dollars.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала