L’Europe désormais «ouverte» aux agriculteurs américains

© AP Photo / Michael SohnEuropean Commission President Jean-Claude Juncker, right, talks to U.S. President Donald Trump, left, prior to a working session at the G-20 summit in Hamburg, northern Germany, Saturday, July 8, 2017
European Commission President Jean-Claude Juncker, right, talks to U.S. President Donald Trump, left, prior to a working session at the G-20 summit in Hamburg, northern Germany, Saturday, July 8, 2017 - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Apres avoir rencontré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker afin de régler leurs différends commerciaux, Donald Trump a déclaré qu’il avait «ouvert l'Europe» aux agriculteurs américains.

Donald Trump et Jean-Claude Juncker - Sputnik Afrique
Juncker fait-il fi de la main tendue de Trump?
Au lendemain d'une trêve dans l'escalade du conflit commercial avec l'Europe, Donald Trump a qualifié ses entretiens avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker de grande victoire économique et d'accord historique.

«Nous venons d'ouvrir l'Europe pour vous, les agriculteurs, a déclaré Trump en s'adressant aux producteurs agricoles de l'État américain de l'Iowa. Vous venez d'obtenir un grand marché.»

Selon lui, les négociations commerciales avec l'UE «seront vraiment merveilleuses pour nos agriculteurs».

Après les négociations avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker qui ont eu lieu mercredi, Trump a déclaré que les parties commenceraient à éliminer tous les droits et subventions et que l'UE augmenterait ses achats de gaz naturel liquéfié et de soja aux États-Unis.

Le 25 juillet Jean-Claude Juncker s'est rendu aux États-Unis afin de rencontrer le Président américain. À l'issue de négociations, ils ont annoncé une série de mesures sur l'agriculture, l'industrie et l'énergie pour apaiser le conflit commercial qui déchire les USA et l'Union européenne.

Donald Trump a promis de «résoudre» la question de l'augmentation des tarifs douaniers américains de 25% sur l'acier et de 10% l'aluminium européens. Ce sont précisément ces taxes, en application depuis le 1er juin, qui ont mis le feu aux poudres entre Washington et Bruxelles.

Il n'a cependant pas indiqué si cela signifiait que son administration suspendrait ces taxes.

Jean-Claude Juncker n'a de son côté pas précisé si les représailles européennes à ces taxes seraient levées.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала