Les rencontres secrètes de Skripal avec des services secrets européens mises à jour

© Sputnik . Vladimir Pesnya / Accéder à la base multimédiaTallin, la capitale de l'Estonie
Tallin, la capitale de l'Estonie - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Outre un voyage en République tchèque, l’ex-agent russe Sergueï Skripal aurait également visité l’Estonie pour y rencontrer des agents de renseignement, selon The New York Times.

L'ex-agent russe Sergueï Skripal se serait rendu en Estonie en 2016 pour rencontrer en secret des représentants des services secrets locaux, a fait savoir The New York Times citant un fonctionnaire européen de haut rang.

Maria Zakharova - Sputnik Afrique
La diplomatie russe cite trois mensonges britanniques dans l’affaire Skripal
On ignore le sujet de la conversation, mais les services secrets britanniques auraient contribué à l'organisation de la rencontre.

Les fonctionnaires ont été plutôt circonspects à propos de la visite de M.Skripal en Estonie, souligne le quotidien. L'un d'eux a même qualifié les informations le concernant de «très sensibles».

En outre, le journal a confirmé l'information de l'hebdomadaire tchèque Respekt selon laquelle M.Skripal était arrivé à Prague en 2012 peu après que sa femme ait succombé à un cancer. Il était en deuil, mais néanmoins de bonne humeur quand il a rencontré des officiers d'au moins un des trois services de renseignement de la République tchèque, selon un responsable tchèque.

Installé au Royaume-Uni, l'ex-agent russe coopérait avec le MI6 en l'aidant à démanteler un réseau d'agents russes, selon Respekt.

Česká vlajka - Sputnik Afrique
Milos Zeman: la Tchéquie a «élaboré en petites quantités et testé le Novitchok»
Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury en Angleterre. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала